|

"Les Etats ne font rien pour empêcher ces catastrophes"

Pays : Allemagne, Vanuatu

Tags : Climat, Catastrophe naturelle

Peter Mucke est responsable depuis 2009 du réseau "Bündnis Entwicklung Hilft", qui regroupe les sept plus grandes ONG allemandes spécialisées dans l’humanitaire. L'association a participé au rapport sur le risque climatique dans le monde, avec l’université des Nations unies pour l’environnement et la sécurité humaine.

"Le combat sur le changement climatique passe après les questions économiques"

ARTE Info : Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, accuse le changement climatique d'être responsable du gigantesque cyclone qui a frappé son archipel. Une évaluation que vous partagez ?

Peter Mucke : Dans notre analyse sur les facteurs de risque de catastrophes climatiques dans le monde, nous montrons très clairement que l’archipel du Vanuatu est particulièrement menacé par les tempêtes, la montée du niveau de la mer, et les tremblements de terre. Il y a des scientifiques de renom qui associent les changements climatiques à l’apparition de cyclones et à l’élévation du niveau de la mer. Malheureusement, nous devons constater que la plupart des États ne sont pas prêts à investir suffisamment pour empêcher ces catastrophes. La réduction des risques, c’est également le sujet traité par la conférence sur le climat qui se tient actuellement au Japon. Il faut aussi tenir compte du contexte international : la mondialisation fait que l’économie domine de plus en plus les décisions. Notre combat concernant le changement climatique passe de plus en plus après les thématiques économiques.

Combien d’humains dans le monde courent actuellement le risque d’être victimes des changements climatiques ?

Des millions de personnes sont exposées au risque climatique. Nous montrons très clairement dans nos enquêtes que les pays dotés d’une large bande côtière sont particulièrement menacés par les inondations. On parle là, aussi bien de l’élévation du niveau de la mer, que des cyclones. Ces pays tiennent d’ailleurs les dix premières places de notre classement des pays à risques.

Que pouvons-nous faire face à ces catastrophes humanitaires imminentes ?

"Il n’y a pas de catastrophe humanitaire face à laquelle nous ne pouvons rien faire"

Il faut le dire très clairement, il n’y a pas de catastrophe humanitaire face à laquelle nous ne pouvons rien faire. L’homme peut faire face à ces menaces. Mais il faut travailler pour que certaines populations plus pauvres, avec des maisons fragiles, soient moins vulnérables. Il faut également travailler sur l’amélioration des capacités à gérer des catastrophes, comme l’accélération des soins de santé. D’autres mesures devraient être prises, telle la mise en place de digues plus importantes, comme ce qui a été fait aux Pays-Bas. Mais aussi, la préservation des écosystèmes naturels dans les zones côtières comme les récifs de corail.

Dernière màj le 8 décembre 2016