|

Législatives allemandes : pour qui vote Erdogan ?

Pays : Allemagne

Tags : Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel, Accord UE-Turquie, Turquie

Alors qu'à un mois des législatives allemandes du 24 septembre, Recep Tayyip Erdogan tente d'influencer le "vote turc", les relations entre Berlin et Ankara s'enveniment. Les provocations et les ingérences du président turc dans la politique allemande échauffent les esprits et la question est devenue l'un des sujets les plus controversés de la campagne. Quelles sont les positions des différents candidats aux Bundestagswahl vis-à-vis d’Ankara ? ARTE Info vous donne quatre clés pour mieux comprendre ce thème central de la campagne allemande.

Un président étranger peut-il s’inviter dans les législatives allemandes, prévues le 24 septembre prochain ? C’est ce que semble penser Recep Tayyip Erdogan, qui ne s’est pas privé de donner des consignes de vote aux Turcs installés outre-Rhin. Il leur a conseillé le 18 août de boycotter les Verts, la CDU-CSU d’Angela Merkel et le SPD de Martin Schulz. Motif : ce sont "des ennemis de la Turquie". Le président turc n’a pas mentionné le FDP, die Linke et l’AfD, pourtant beaucoup plus critiques à l’égard d’Ankara. Cette nouvelle provocation intervient après des mois de tensions entre l’Allemagne et la Turquie.

 

1. Pour qui votent les Turcs installés en Allemagne ?

 

 

L'Allemagne est depuis longtemps un pays d'émigration depuis la Turquie. On compte en Allemagne 2,8 millions de personnes ayant un lien avec la Turquie (dont 1,5 millions de citoyens turcs ; 1,05 million d'Allemands d'origine turque et 250 000 binationaux. Environ 1,25 million de personnes installées en Allemagne ont le droit de vote en Turquie. Elles sont majoritairement pro-AKP : aux dernières législatives, 83% d'entre elles ont voté pour le parti du président turc. Avec l’autoritarisme d’Erdogan et le référendum constitutionnel du printemps 2016, le nombre de demandeurs d’asile turcs en Allemagne a fortement augmenté, passant de 433 en juin 2017 à 620 le mois suivant. Seulement 22% d’entre eux avaient obtenu l'asile en juillet dernier.

 

2. Que reproche la Turquie à l'Allemagne ?

Les pourparlers d’adhésion à l’Union européenne

La Turquie a fait de nombreux efforts depuis 2002 pour s'adapter aux exigences de l'Union européenne, dans la perspective d'une adhésion. Mais ce processus est aujourd'hui fortement compromis. Avec la réforme constitutionnelle qui a fait du pays un régime présidentiel et octroyé des pouvoirs supplémentaires à Recep Tayyip Erdogan, la Commission européenne, ainsi que plusieurs États membres, ont suggéré de suspendre les pourparlers d’adhésion. Mais leur poursuite est l’une des conditions de l’accord sur les réfugiés conclu en mars 2016 avec la Turquie, qui prévoit aussi de faciliter l’obtention de visas pour les citoyens turcs dans les États membres.

La Turquie est officiellement candidate depuis 1999 et les négociations ont débuté six ans plus tard. Ces discussions se basent sur une série de critères définis en 1993, qui touchent au respect des droits de l’Homme (liberté d’expression, abolition de la peine de mort, respect de la minorité kurde) et à l’ouverture à l’économie de marché. En 2002, son nouveau Premier ministre Recep Tayyip Erdogan lance une série de réformes pour préparer son pays à l’entrée dans l’Union. Celle-ci a versé plusieurs milliards d’euros à la Turquie pour soutenir son adaptation aux critères d’adhésion. Seuls seize des trente-cinq chapitres d’adhésion ont été ouverts à ce jour et les points litigieux ne manquent pas.

 

L'accord controversé sur les réfugiés

Recep Tayyip Erdogan a plusieurs fois menacé, de manière plus ou moins explicite, de rompre l’accord essentiel qui le lie à l’UE. Selon cet accord, tous les migrants arrivés dans les îles grecques doivent être renvoyés vers la Turquie. L’UE doit débourser six milliards d’euros d’ici 2018 pour venir en aide aux migrants présents dans le pays. Pour chaque Syrien renvoyé dans ce cadre en Turquie, l’UE s’est engagée à réinstaller dans un État membre un Syrien vivant sur le sol turc. L’accord comprend également la libéralisation du régime de visas pour les ressortissants turcs en Europe et la reprise des négociations d’adhésion.

Cet accord fonctionne sur le papier, puisque le nombre de réfugiés arrivés en Grèce a drastiquement diminué (il est passé de 67 000 pour le seul mois de janvier 2016 à 1 200 en janvier 2017). Mais plusieurs ONG ont fait état de violences infligées aux migrants en Turquie, un pays considéré comme "sûr" par l’UE.

 

3. Que reproche l'Allemagne à la Turquie ? 

Arrestations d'Allemands en Turquie

Selon l’agence de presse DPA, neuf ressortissants allemands se trouvaient au 22 août dans les prisons turques pour "soutien au terrorisme". Parmi eux, les journalistes Denis Yücel et Mesale Tolu, ainsi que le militant des droits de l’Homme Peter Steudtner. Depuis la tentative de putsch du 15 juillet 2016, ce sont vingt-deux Allemands qui ont été arrêtés par les autorités turques au total.

 

Quand la Turquie empiète sur la souveraineté allemande

Le 19 août, les autorités espagnoles arrêtent à Grenade l’écrivain turc Dogan Akhanli, réfugié depuis des années en Allemagne et inscrit sur la liste rouge d’Interpol à la demande d’Ankara. Son tort ? Critiquer le régime turc. La chancelière Angela Merkel et le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel s’en sont très rapidement indignés et l’auteur a été libéré sous conditions. Il ne peut, pour l’instant, quitter le territoire espagnol.

 

Le financement des communautés turques en Allemagne

Plusieurs partis politiques allemands se sont élevés contre le financement turc de certaines mosquées et associations en Allemagne. Les ministres des Affaires étrangères et de la Justice veulent les contrôler de plus près, arguant devoir faire attention que "les communautés musulmanes en Allemagne ne tombent pas sous l’influence du président Erdogan".

Sur l’agenda politique figurent également d’autres thèmes touchant à la relation entre les deux pays, comme la question de la double nationalité pour la deuxième génération d’immigrés turcs en Allemagne et les exportations d’armes. La Turquie est l'un des plus importants clients de l'Allemagne dans la vente d'armes. Berlin aurait déjà bloqué au moins onze livraisons destinées à Ankara depuis le putsch raté de juillet 2016 et a annoncé en juillet qu'elle allait réexaminer ses prochaines exportations vers la Turquie.

 

4. Qu'en disent les principaux partis politiques allemands ?

Les Allemands d'origine turque vont-ils bouder les élections suite aux recommandations d'Erdogan ? Le reportage à Berlin d'Anne Maillet :

Les Germano-Turcs voteront-ils ?
Les Germano-Turcs voteront-ils ? Les Allemands d'origine turque vont-ils bouder les élections suite aux recommandations d'Erdogan ? Les Germano-Turcs voteront-ils ?
Dernière màj le 28 août 2017