|

Legalize it ?

Pays : Welt

Tags : Drogues, légalisation

Bob Marley en rêvait, le Colorado l’a fait. Depuis le 1er janvier 2014, la consommation et la vente de cannabis y sont légales. C’est le deuxième endroit au monde après l’Uruguay, où l’usage de la plante qui fait tant parler d’elle a fini par être été légalisé. Depuis, cinq autres Etats ont suivi.

Alors que la politique de répression s’épuise face à un marché des drogues tentaculaire, de nombreux pays expérimentent d’autres approches pour couper l’herbe sous le pied des narcotrafiquants. Légalisation, usage thérapeutique, dépénalisation ou tolérance des drogues douces ou dures, découvrez notre tour d’horizon des alternatives à la répression.

 

De quoi parlons-nous ?

Selon un récent rapport de l’EMCDDA et d’Europol, le marché des drogues européen se renouvelle à une vitesse folle. La mondialisation, facilite la formation de nouvelles filières, les avancées technologiques permettent de produire plus et de créer des produits plus puissants et grâce à internet, les drogues se vendent à moindre coût et surtout à moindre risque. L’émergence des « Legal highs » en est le meilleur exemple. La composition chimique de ces nouvelles drogues est constamment modifiée pour contourner les évolutions de la législation et leur permet de rester légales. En 2015, on a ainsi pu compter 100 nouvelles substances « légales » sur le marché. 

 

Pourquoi les Etats légalisent-ils ?

Le marché des drogues dans l’Union Européenne représente 24 milliards d’euros par an. De l’argent sale, qui finance le crime organisé, la corruption, le trafic humain et le terrorisme. Légaliser les drogues c’est donc récupérer une partie de cette somme pour les caisses des états, priver les mafias et cartels d’une grande partie de leurs ressources financières et mieux protéger le consommateur.

Saviez-vous que 1% des adultes européens consomment du cannabis au moins une fois par jour ?

 

Le Dr William Lowenstein sur une politique anti-drogues commune en Europe :

 

THEMA : Légalisation du Cannabis en Europe

 

Portugal : Décriminalisation de toutes les drogues

Pour le moment, aucun état au monde n’a légalisé toutes les drogues. Par contre, au Portugal, l’achat, la détention et l’usage individuel de drogues douces et dures a été décriminalisé en 2000. Alors que l’usage ne peut plus être sanctionné que par des amendes, la vente, elle, reste sanctionnée pénalement. Le consommateur peut même proposer de s’inscrire dans un programme de désintoxication pour ne pas payer l’amende. Curieusement, 16 ans après ce changement de cap, la consommation de drogue chez les jeunes portugais de 15 à 24 ans se trouve parmi les plus basses d’Europe. Les taux d’infection par le VIH parmi les consommateurs de drogues injectables a baissé, de même que le nombre de décès liés à la consommation de drogue. On note aussi une diminution des emprisonnements liés à la drogue parallèlement à une hausse de la fréquentation de cliniques de désintoxication et des traitements pour toxicomanie.

 

Pays-Bas : Tolérance pour les drogues douces

Aux Pays-Bas, la consommation, la possession et la production de drogues douces et dures sont techniquement illégales mais, depuis 1976, le pays a mis en place une politique de tolérance, orientée vers la santé publique. Depuis, la loi n’est plus appliquée par les tribunaux pour l’usage, la possession ou la vente de drogues douces. Les sanctions concernant les drogues dures ont également diminué dans la pratique. La vente de drogues douces, limitée à 5 grammes, est organisée par les 600 coffee-shops que compte le pays. Certains coffee shops peuvent exiger une « carte cannabis », délivrée uniquement aux hollandais pour réduire le tourisme narcotique. Les arrestations pour infractions liées à la drogue sont trois fois moins nombreuses aux Pays-Bas qu’en France.

 

USA : Légalisation du cannabis dans certains Etats

Aux Etats-Unis, les drogues sont interdites au niveau fédéral mais les Etats peuvent individuellement décider de légaliser le cannabis sur leur territoire. En Alaska, au Colorado et dans l’Etat de Washington, la production, la vente, la distribution, la possession et l’usage de cannabis sont ainsi devenu légaux. Dans l’Oregon et dans le district de Columbia, la possession et la culture privée sont également légales mais l’achat reste réservé à l’usage thérapeutique. Dans une quinzaine d’autres Etats américains, le cannabis est dépénalisé.

En Uruguay et au Bangladesh la possession et la consommation de cannabis sont également autorisées.

 
Espagne : Cannabis autorisé dans un cadre privé

En Espagne, la possession et la consommation de drogues douces dans la sphère privée sont autorisées. En public, elles restent sanctionnées par des amendes. Depuis 2000, près de 300 cannabis social clubs ont ouvert. Gérés par des associations on peut y acheter et consommer du cannabis dans un cadre privé et strictement non lucratif.

 

Et en France?

La France traîne des pieds. Seul le Sativex, médicament dérivé du cannabis, y est autorisé pour soulager les patients. Toute consommation de drogue est illégale. Le consommateur de cannabis risque un an de prison et 3 750 euros d’amende, si sa consommation est considérée comme d’usage personnel. Dans les faits, dans 95% des cas, la possession de cannabis ne sera pas poursuivie en justice.

 

Le Dr William Lowenstein sur la légalisation des drogues douces en France

 

THEMA : Expérimentation de "salles de shoot" en France

 

A Marseille, le 3 avril dernier, un nouveau règlement de compte lié au trafic de drogue vient de faire trois victimes, portant à 10 ce genre d’homicide dans l’agglomération marseillaise depuis le début de l’année. Ce drame relance une nouvelle fois le débat sur la légalisation.

 

Et dans le reste de l’Europe ?

Dans de nombreux autres pays d’Europe, la possession de petites quantités de cannabis est soit tolérée, soit elle peut faire l’objet d’une amende. Au-delà de ces petites quantités et dans certains pays en cas de récidive, le consommateur peut encourir des peines de prison. La production et le trafic restent des crimes sanctionnés pénalement.

Les pays européens où la possession est sanctionnée par une amende sont la République Tchèque, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Bulgarie, Malte, la Croatie et la Slovénie, l’Estonie, Italie et en Suisse. En Suisse, trois initiatives populaires ont été déposées pour légaliser une ou plusieurs drogues. Elles ont toutes été rejetées.

En Allemagne (en fonction des Länder), au Royaume-Uni, en Belgique, au Luxembourg, au Danemark, en Pologne, la possession de petites quantités est largement tolérée dans la pratique et les sanctions pénales sont inexistantes.

 

LEXIQUE
Libéralisation
 : La drogue est légale et tous les acteurs peuvent participer au marché de la drogue. Souvent, dans la pratique, il y a une régulation étatique.
Légalisation (ou réglementation, ou encore régulation) : La détention du produit est autorisée et la vente contrôlée et encadrée par l’état. Dans les faits, plusieurs modèles de légalisation sont appliqués dans le monde, en fonction des conditions choisies par les états.
Légalisation partielle : la légalisation est limitée à certaines personnes ou à un certain usage, comme l’alcool est interdit aux mineurs. La légalisation partielle s’oppose à la légalisation totale.
Dépénalisation : Les sanctions pénales sont supprimées.
Décriminalisation : Les sanctions pénales et le statut même de « crime » sont supprimés.
Contraventionnalisation : l’infraction est déclassée de la catégorie de délit à celle de contravention. Les peines d’emprisonnement sont remplacées par une amende. Attention : la distinction entre crime, délit et contravention n’est pas la même dans tous les pays d’Europe.
Cannabis thérapeutique : ensemble des cannabinoïdes destinés à un usage médical. Le cannabis permet de soulager de nombreuses maladies dont l’épilepsie, l’asthme, le syndrome de Tourette ou encore la maladie de Parkinson.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016