|

L'économie, moteur des indépendantistes

Pays : Belgique, Italie, Espagne, Royaume-Uni

Tags : Ecosse, Flandres, Vénétie, Catalogne, Indépendantiste

En Ecosse, l'approche du scrutin du jeudi 18 septembre 2014, les deux camps sont dans un mouchoir de poche, même si le non, en tête dans trois des quatre sondages réalisés ce week-end, semble mener d'une courte tête. Les unionistes l'emporteraient ainsi avec 53% des voix, avance une enquête Opinium-The Observer. L'institut de sondage note que la principale préoccupation des partisans du non concerne l'aptitude d'un gouvernement écossais indépendant à remplir ses engagements économiques, notamment en termes de santé et de retraite. Des questions que se posent également d'autres régions, en quête d'indépendance, comme la Catalogne, la Flandre ou encore la Vénétie.

La reine Elizabeth II, qui refuse de s'impliquer officiellement dans la campagne du référendum écossais, aurait fait une déclaration après avoir assisté à un service religieux près de sa résidence d'été écossaise de Balmoral. "J'espère que les gens vont soigneusement réfléchir à l'avenir". En effet l’économie écossaise est très dépendante du pétrole et du gaz, principales ressources depuis la découverte de gisements en mer du Nord dans les années 70. 90% de la production britannique de pétrole vient d’Ecosse et on estime que 6% de la population travaille dans l’industrie pétrolière. En dehors du pétrole, le secteur des services représente 72% de l’activité, dont 7,9% pour la finance. L’industrie et la production représentant désormais 12% de l’économie. Avec 190 milliards d’euros Le PIB écossais est comparable à celui du Portugal, de l’Irlande. Rapporté au nombre d’habitants, le PIB est d’un peu moins de 30.000 euros pour l’Ecosse, contre 26.200 euros pour le Royaume-Uni. 

 

 

La Catalogne exemplaire en Espagne

Les Catalans, qui ont manifesté en masse pour l'indépendance cette semaine à Barcelone, mais aussi les Basques, suivent avec attention le référendum. Fière de son identité, de sa culture et de sa langue, créant, avec ses 7,5 millions d'habitants, 20% de la richesse nationale, cette région du nord-est de l'Espagne connait une vague indépendantiste qui a gagné en ampleur ces dernières années sous l'effet de la crise économique. Avec seulement 6% du territoire et 16% de la population, la Catalogne est la première communauté autonome d'Espagne pour ses exportations avec 26,15% du total national. Selon certaines données, en Catalogne, le niveau de chômage est 2,35% inférieur à la moyenne espagnole, et le taux d'activité catalan dépasse le pourcentage espagnol de 2,87%.

 

Flandre : une histoire entre Belges

Du côté des indépendantistes flamands ont sait que même une victoire du oui en Ecosse, ne devrait pas déclencher de big-bang en Belgique, où la question de l'indépendance de la Flandre est mise entre parenthèses. Mais Le verdict est sans appel : l’écart entre les deux régions reste le même et la Wallonie est loin derrière la Flandre pour quasiment tous les indicateurs. La comparaison avec la Flandre, qui est une des régions les plus riches d'Europe et donc plus performante que la moyenne européenne, est cruelle pour la Wallonie. La Wallonie représente un tiers de la population belge pour 23 % du PIB, la Flandre 57 % dans les deux cas. Si l’on considère le PIB par habitant, il est 36 % plus élevée en Flandre. Ces écarts se retrouvent aussi au niveau de l'emploi. Le chômage est à 9,8 % en Wallonie et 4,3 % en Flandre. 

 

Vénétie aussi

La région de Vénétie est une des plus riches en Italie. Et elle aussi, veut son indépendance, comme l'a prouvé le résultat d'un référendum organisé en mars dernier. On y produit 18% de l’industrie manufacturière et 9% du PIB du pays. Selon les informations fournies par les séparatistes, Venise contribue au budget à hauteur de 21 milliards d’euros. L’industrie est caractérisée par des petites et moyennes entreprises. L’industrie de la mode est très forte dans la région : Benetton, Geox, Lotto et Diesel y ont leur quartier général. En comparaison avec le PIB par habitant de l’Union européenne, la Vénétie dépasse la moyenne de 21,5 %. Enfin le taux de chômage est de 4,2 %. Un record dans une Italie qui en juin 2014, affichait un résultat de 12,4%.

Dernière màj le 8 décembre 2016