|

L'école de photographie de la favela

Pays : Brésil

Tags : favela, Photographie, Imagens do povo

La favela Da Maré est sous le feu des projecteurs depuis plusieurs mois. La police de Rio et l’armée brésilienne, près de 1500 hommes et 15 blindés, occupent ce fief de la drogue. Considérée comme l’un des endroits les plus dangereux de Rio, cette favela de 130 000 habitants, proche de l’aéroport, est située à un point stratégique où transitent chaque jour des dizaines de milliers de personnes et plusieurs axes routiers.

Il y a pourtant autre chose. Une idée qui a germé il y a tout juste dix ans dans la tête de Joao Roberto Ripper, qui s'est fait un nom en photographiant inlassablement les travailleurs brésiliens. Fonder une école de photographie dans la favela. Offrir aux gamins du quartier la possibilité de se former au métier de photographe et donc d'entrer dans la vie professionnelle mais pas seulement.


En luttant contre les stéréotypes, armes, drogue, violence, l'école prétend aussi réhabiliter, rendre leur dignité aux habitants de ces territoires, victimes de discrimination. Cette nouvelle façon de considérer la réalité, le quotidien des quartiers pauvres, de "regarder" la favela, doit permettre à ses habitants de mieux s'insérer dans la société brésilienne. Pour Joao Roberto Ripper, l'école offre à ses élèves la liberté d'opinion et d'expression, des droits fondamentaux.
En dix ans, plus de deux cent élèves ont fréquenté l'école. Des dizaines d'entre eux travaillent toujours dans ce domaine. 


"Imagens do povo" ("Images du peuple") est la première école de photographie gratuite dans les favelas brésiliennes. Aujourd'hui, c'est aussi une agence de photos. Elle possède une banque d'images de près de 10.000 clichés. 

Brésil : des clichés loin des clichés

 

Dernière màj le 8 décembre 2016