Yémen : un tournant dans le conflit ?

5 décembre 2017

L'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué lundi par des rebelles Houthis. Sa disparition survient quelques jours après la rupture de l'alliance entre les deux camps rebelles qui s'affrontent au Yémen. La mort de l'ex-dirigeant, âgé de 75 ans, dont 33 passés au pouvoir, pourrait constituer un tournant dans le conflit qui ensanglante le pays. Mais elle ne changera rien à la détresse des civils, menacés par la "pire crise humanitaire au monde" selon l'ONU. 

 

Depuis 2015, la coalition menée par l’Arabie Saoudite bombarde les zones contrôlés par les rebelles Houthis. Ce territoire représente la majeure partie du pays et inclut la capitale, Sanaa. Ce conflit est à l’origine d’une situation humanitaire catastrophique, aggravée par le fait que la moitié des infrastructures dédiées à la santé ne sont plus en état de fonctionner. À l’été 2017, une épidémie de choléra a éclaté, qui a fait plus de 2200 victimes. En tout, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dénombre un million de cas : quatre personnes sur cinq ont besoin de soins d’urgence. Les pénuries alimentaires et la malnutrition ont atteint un point dramatique au printemps 2017. Huit millions de personnes sont menacées par la famine, et trois millions de personnes sont en fuite. Dans notre dossier, le point sur cette "guerre oubliée".

 

Yémen, le chaos en silence

Retour sur le terrible conflit qui touche le Yémen avec un témoignage rare, celui du président du comité international de la Croix-Rouge.

Le pays abandonné

Un cessez-le-feu doit débuter le 10 avril au Yémen. Un nouvel espoir pour les habitants de ce pays abandonné de tous, où sévit l'un des pires conflits actuels.

Le Yémen touché par une épidémie de choléra

Ce petit pays, le plus pauvre de la Péninsule arabique, est déjà fragilisé par plus de deux ans de guerre.

Les femmes et la révolution

Le Yémen entame sa transition politique avec des élections présidentielles ce mardi, près d’un an après le début d’une révolution qui a coûté sa place au président Ali Abdallah Saleh.

Rapts, coup d’Etat et djihadisme

Après l’enlèvement d’Isabelle Prime au Yémen, la France compte de nouveau un otage français. Sa libération s’annonce délicate, dans un pays au bord de l’implosion.