|

Le retour des "Yes Men"

Pays : Allemagne

Tags : Berlinale, Cinéma

Les Yes Men sont sortis d’un œuf et viennent de Zorcon… Andy Bichlbaum et Mike Bonanno ont trouvé comment se définir en quelques mots absurdes. Depuis 20 ans, ces deux Américains portent l’art de la provocation et de la dérision au sommet de l’activisme anti-libéral. Ils combattent leurs ennemis comme les grands groupes industriels, les géants de la finance ou les dirigeants politiques à coup d’impostures toujours ultra-médiatisées. C’est ainsi qu’ils s’en sont pris à George W Bush, au quai d’Orsay et à l’Organisation mondiale du commerce. Personne n’est trop puissant pour être épargné par les Yes Men. A la Berlinale 2015 était présenté leur dernier documentaire The Yes Men Are Revolting, diffusé maintenant dans une THEMA du mardi. Vous pouvez ici revoir l'interview des Yes Men que notre correspondante à Berlin a réalisé ou revoir le documentaire à partir de mercredi en entier

 

Berlinale 2015 : le retour des "Yes Men"

La présentation du troisième documentaire des Yes Men est aussi l’occasion de revenir sur quelques-uns de leurs plus grands faits d’armes. Florilège :

 

3 décembre 2004 : sans doute le plus ‘’gros coup’’ des Yes Men.

 

Dow Chemical le géant américain de l’industrie chimique refuse de reconnaître sa responsabilité dans la catastrophe de Bhopal survenue 20 ans auparavant. Cet accident, considéré comme le plus grave accident industriel de l’histoire, a fait des milliers de victimes.  

 

Le jour anniversaire de la catastrophe, Andy Bichlbaum, l’un des compères des Yes Men, se fait passer pour le porte-parole de Dow Chemical  sous le nom de Jude Finisterra. Il annonce en direct sur la BBC que l’entreprise accepte son entière responsabilité et va indemniser les victimes. 

 

 

30 mars 2007 : les Yes Men piègent l’un des soutiens de Nicolas Sarkozy 

 

En France, c’est l’heure de la campagne électorale présidentielle. Les Yes Men font croire au député UMP Claude Goasguen qu’il est interviewé par la chaîne américaine CBS. Reportage bidon et questions saugrenues, les deux compères veulent tester la sincérité des engagements en faveur de l’écologie du candidat que soutient Claude Goasguen, Nicolas Sarkozy. Une fois le pot-aux-roses découvert, le député écrira "Cela montre en toute hypothèse qu’un homme politique peut répondre à n’importe quelle ânerie d’un journaliste provocateur."

 

 

 

Novembre 2005 : grâce aux Yes Men, on apprend qu’il n’y a pas de pauvres en France

 

Encore une histoire de fausse télévision. Cette fois, la victime des Yes Men est Patrick Balkany, député UMP des Hauts-de-Seine. Il est interviewé par un pseudo journaliste américain soi-disant en duplex depuis les Etats-Unis. 

 

 

 

9 mai 2006 : les Yes Men inventent la boule de survie

 

Dans leur viseur, les Yes Men ont aussi Halliburton, une multinationale spécialisée dans les services au sein de l'industrie pétrolière et gazière. Elle a bénéficié de faramineux contrats pour la reconstruction des infrastructures détruites pendant la guerre d’Irak. 

 

Lors d’un meeting de compagnie d’assurances organisé dans un grand hôtel en Floride, les Yes Men se présentent comme membres de la firme. Ils exposent avec le plus grand sérieux un équipement révolutionnaire mis au point par Halliburton et qui permettrait de résister aux risques liés au changement climatique…

Dernière màj le 11 octobre 2016