|

Le régime syrien a repris le contrôle de la Ghouta

Pays : Syrie

Tags : Conflit syrien, armes chimiques, Bachar al-Assad, guerre

 

Les derniers rebelles de la ville de Douma, ultime poche insurgée dans la Ghouta orientale, ont rendu les armes.

 

Le drapeau de Bachar al-Assad flotte sur Douma. Jeudi 12 avril, après cinq années de siège et huit semaines d’offensive marquées par des bombardements incessants, qui ont causé la mort de plus de 1 600 civils et se sont conclues sur une attaque chimique, la police militaire russe s’est déployée dans Douma, la capitale et ultime poche de résistance de la Ghouta orientale. 

La plupart des hauts gradés du groupe d'inspiration salafiste Jaich al-Islam, qui contrôlaient la ville située aux portes de Damas depuis 2013, ont évacué la région pour rejoindre une zone rebelle dans le nord du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Ce départ intervient après un accord conclu le week-end dernier avec le régime pour l'évacuation des derniers rebelles, quelques heures après l'attaque chimique présumée qui aurait fait une quarantaine de morts dans la ville.

 

Quatre-vingt cinq attaques chimiques en cinq ans

Cette attaque au chlore a causé l'indignation des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne, qui dénoncent la responsabilité de Damas et de ses alliés. Au moins 85 attaques à l'arme chimique ont eu lieu en Syrie depuis aout 2013. D'après un rapport de l'ONG Human Rights Watch, le régime syrien serait à l'origine d'au moins cinquante d'entre elles.

 

 

 

Les Etats-Unis menacent de représailles... 

"La Russie promet d’abattre tous les missiles lancés contre la Syrie. Prépare-toi, Russie, parce qu’ils arrivent, beaux, nouveaux et “intelligents” !", a assuré Donald Trump sur Twitter le mercredi 11 avril. Un sursaut belliqueux qui a visiblement pris de court le Pentagone. Plus réservée, la porte-parole de la Maison blanche Sarah Sanders a finalement assuré que "le président tient la Syrie et la Russie pour responsables de cette attaque aux armes chimiques" mais que si "toutes les options sont sur la table", "la décision finale n’a pas été prise"

La France doit annoncer sa réponse à l'attaque dans "les prochains jours", en coordination avec ses partenaires américain et britannique, envisageant ouvertement de "s'attaquer aux capacités chimiques détenues par le régime" syrien.

Dernière màj le 12 avril 2018