|

Regards féminins sur la guerre

Pays : Espagne

Tags : Fotografie, Kriegsfotografie, Geschichte, Krieg

 

La mort tragique de Camille Lepage en Centrafrique en mai 2014 avait suscité une vive émotion dans les médias. Les Français découvraient le visage d'une jeune photographe de 26 ans qui parcourait les conflits, au péril de sa vie. Ils découvraient aussi le travail d'une femme et son regard sur notre monde et sa misère.

Existe-t-il vraiment ce regard féminin sur la guerre ? Dès la première moitié du 20ème siècle, de nombreuses femmes ont décrit et photographié la guerre avec un regard unique.

Pendant la Première Guerre mondiale, elles venaient d’Angleterre et d’Autriche. Puis, durant la Seconde Guerre mondiale, elles arrivaient de partout : Union Soviétique, France, Grèce, Finlande, Pays-Bas, Norvège, Etats-Unis et même d'Afrique du Sud. Elles étaient alors près de 120 journalistes et photographes accréditées.

 

Alice Schalek, première femme photographe de guerre

La toute première femme reporter et photographe de guerre accréditée était Autrichienne. Alice Schalek aimait dépasser ses propres limites.

Femme et journaliste, elle était en conflit ouvert avec son adversaire le pacifiste misogyne Karl Kraus.

En Grande-Bretagne, pendant la Première Guerre mondiale, cette vision complexe que les femmes avaient de leur propre rôle et de leurs droits, se reflète dans les photographies de femmes exposées dans la collection de 1917 de l’Imperial War Museum, à Londres.

Mais c’est lors de la guerre d’Espagne que, suite à son succès dans l’Europe des années 20, le métier de femme photographe s’étend à travers le monde. Certaines femmes soutiennent alors les républicains depuis l’Angleterre, tandis que d’autres, comme Vera Elkan se rendent en Espagne pour "Aid Spain", caméra et appareil à la main, soutenir les troupes républicaines et internationales. 

 

Gerda Taro, une photographe en première ligne

La photographe Gerda Taro immortalisait les soldats et collègues positionnés en première ligne durant la guerre civile espagnole. Ce qui lui a coûté la vie, l’aura fait rentrer dans l’histoire des femmes et des médias.

 

Vous trouverez certains de ses clichés dans notre galerie. Vous y retrouverez également des photographies de Christine Spengler, qui prit sa première photo comme reporter de guerre au Tchad en 1970. Photographe de la révolution iranienne et des bombardements américains sur Phnom Penh, elle fut récompensée en 1998 pour ses photographies sur les femmes dans la guerre.  

 

 

Margaret Bourke-White et Lee Miller, des stars médiatiques

Margaret Bourke-White et Lee Miller, deux photographes américaines ayant couvert la Deuxième Guerre mondiale sont devenues de vraies stars médiatiques. 

Photographes accréditées en uniforme, elles ont photographié les combats des soldats en Afrique du Nord, en Italie et en France - au sol et depuis les airs. Brisant ainsi un nouveau tabou, elles ont légitimé la présence des femmes dans les zones de conflit. Ces femmes photographes ont réussi à s’imposer dans un monde d’hommes. Mais c’est aussi l’ouverture de la société américaine de l’époque qui les a propulsées au sommet. En URSS au contraire, les femmes photographes de guerre communistes comme Gerda Taro et les volontaires de l’Armée rouge comme Natalija Bode ont suscité méfiance et mépris. Les officiels et la population n’ont jamais reconnu leur contribution.  

 

Germaine Krull, en guerre contre les nazis

Germaine Krull, alors installée à Paris, combattait le national-socialisme avec son appareil photo auprès du Général de Gaulle et de la France Libre entre 1942 et 1944.

Au-delà des photographes de guerre, il y avait en Allemagne de nombreuses photographes officielles dont le rôle a été très largement oublié. Ces femmes, comme Ilse Steinhoff, dont le parcours n’a été que partiellement reconstitué, se rendaient dans les régions occupées. En Afrique du Nord ou dans les Balkans, elles signaient des reportages pour des journaux comme Berliner Illustri(e)rte Zeitung, Signal, die Wehrmacht ou encore Atlantis.

 

La revue autrichienne "Fotogeschichte" a consacré son cahier n°134 aux femmes photographes de guerre et à leurs contributions de 1916 à 1944. Le texte en haut provient de l'éditorial de ce numéro.

 

Expositions sur les femmes photographes de guerre :
- jusqu’au 24/4 : Imperial War Museum London : Lee Miller, A Woman's War
- 19/3 au 12/6/16 : Martin Gropius Bau Berlin : Lee Miller - Fotografien
- avril à octobre 2016 : Farley Farm Haus, Chiddingly / East Sussex, Royaume-Uni : visites de la Maison de Lee Miller et Roland Penrose le dimanche
- 6/4 au 5/6/16 : Maison européenne de la photographie : Christine Spengler - L'Opéra du monde 1970 - 2016

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016