|

Le prix Sakharov décerné à l’opposition vénézuélienne

Pays : Venezuela, République Bolivarienne Du

Tags : Prix Sakharov

Le Parlement européen a attribué jeudi 26 octobre son Prix Sakharov 2017 pour "la liberté de l'esprit" à l'opposition démocratique vénézuélienne, plus précisément à l'Assemblée nationale vénézuélienne et à des prisonniers politiques. Décerné chaque année, ce prix distingue des personnes qui se sont illustrées dans la défense des droits de l'Homme.

Le Venezuela connaît une crise politique depuis ces sept dernières années. Le parti au pouvoir n'a cessé de restreindre l'état de droit et l'ordre constitutionnel, et, en mars 2017, la Cour suprême a privé l'Assemblée nationale démocratiquement élue de son pouvoir législatif. Julio Borges, le président de l'Assemblée nationale, a résumé la situation au Venezuela en ces termes : "Ce n'est pas seulement une confrontation politique qui se joue au Venezuela. C'est une confrontation vitale, existentielle et fondée sur des valeurs".

Le Parlement européen a donc décidé de soutenir l'opposition vénézuélienne au président Nicolas Maduro en lui attribuant le prix Sakharov. Cette dernière est réunie au sein de la MUD (Table pour l'unité démocratique), une coalition d'une trentaine de partis, allant de la gauche modérée à la droite. La situation s’est dégradée ces derniers mois en matière de droits dans ce pays d'Amérique du Sud : depuis le début de l'année, plus de 130 opposants ont été assassinés et plus de 500 ont été emprisonnés arbitrairement.

Retour sur quatre années de crise

Au Venezuela, il y a une, ou plutôt des crises, à commencer par celle qui ébranle le système économique du pays depuis 2014 :

Venezuela : quatre ans de crise
Venezuela : quatre ans de crise Pénuries alimentaires, inflation et manifestations massives : comment le Venezuela en est-il arrivé là ? Venezuela : quatre ans de crise

Un journaliste et un auteur suédois également en lice

Parmi les finalistes figuraient également Dawit Isaak, un journaliste et auteur suédois d'origine érythréenne, qui a été arrêté en 2001 par les autorités d'Asmara. Ses amis et sa famille ne l'ont pas vu depuis son incarcération, survenue après la publication dans son journal d'articles réclamant des réformes en Erythrée. Le journaliste de 53 ans est considéré par Amnesty International comme un prisonnier d'opinion. La troisième finaliste du Prix Sakharov est la Guatémaltèque Aura Lolita Chavez Ixcaquic, issue du peuple maya quiché. Cette ancienne institutrice incarne la lutte pour la protection des ressources naturelles et des droits des populations autochtones et de leurs territoires.

Décernée chaque année par les eurodéputés, la récompense tire son nom du scientifique soviétique dissident Andreï Sakharov, décédé en 1989, et distingue des personnes qui se sont illustrées dans la défense des droits de l'Homme. En 2016, le prix avait été attribué à deux femmes yézidies d'Irak, réduites en esclavage par le groupe Etat islamique (EI) avant de s'enfuir, et en 2015 au blogueur saoudien Raef Badaoui, emprisonné pour "insulte à l'islam".

Les précédents lauréats du prix Sakharov :

Dernière màj le 26 octobre 2017