|

Le prix Nobel pour un ‘régulateur mesuré’

Pays : France, Allemagne

Tags : Jean Tirole, nobel

L’académie royale suédoise a récompensé le chercheur pour ses analyses de la dominance et de la régulation du marché. Décerné depuis 1968 par la banque nationale suédoise en commémoration d’ Alfred Nobel, le prix est doté de 8 millions de couronnes suédoises (environs 878,000 euros). Il sera remis le 10 décembre à Stockholm.

"Je suis très ému, et très, très reconnaissant" a déclaré le lauréat lors d’une conférence de presse à Stockholm. Au moment de l’interview, Jean Tirole se trouvait à Toulouse et a communiqué par téléphone avec les journalistes réunis dans la salle de réception de l’académie royale suédoise. Interrogé sur la problématique de la régulation de multinationales, tels que Google, il a répondu : "La régulation devrait être assez souple pour ne pas étouffer l’esprit d’entreprise. Il faut aussi un état fort, qui met en place les régulations nécessaires". 

 

Apprivoiser les géants de l’économie

Dans ses ouvrages et ses articles, l’économiste français défend depuis le début des années 1980 un système ‘équilibré’,  pour contrôler les entreprises qui dominent les marchés. Le jury suédois a souligné  que Tirole a prouvé grâce à ses recherches qu’une régulation des entreprises dominantes ne peut se faire à travers un scénario préfabriqué, et que les règles de concurrence ne dovient pas être appliquées d’office à l’intégralité de l’économie. En revanche, elles devraient être conçues et appliquées en fonction des spécificités des secteurs en question. Tirole a par exemple accompagné en tant qu’expert la régulation équilibrée du secteur de  la télécommunication et des banques. Ainsi, des régulations étatiques ont un effet positif sur la productivité des entreprises. Les concurrents et les consommateurs sont par la même occasion protégés de la domination des marchés par les grandes entreprises. 

 

Un des premiers à avertir des bulles spéculatives

Jean Tirole est aujourd’hui directeur de recherches de l’Institut d’Economie Industrielle (IDEI) à l’université de Toulouse I. Le président du jury suédois, Tore Ellingsen, le qualifie du "plus grand économiste en vie". Tirole, aujourd’hui âgé de 61 ans, est connu de longue date dans le cercle des chercheurs en économie. Il y a trente ans déjà, il évoquait l’existence de bulles spéculatives, qui ont finalement eu lieu en 2000  avec la bulle internet, ou bien sûr la bulle immobilière en 2007, qui a provoqué la pire crise financière mondiale depuis 1929.  Il a mené de nombreuses recherches au sujet de l’économie industrielle, la théorie des jeux et des contrats. Tirole a aussi publié une série de travaux sur la psychologie au sein des systèmes économiques et a pris position à plusieurs reprises sur des sujets comme le réchauffement climatique. 

Dernière màj le 8 décembre 2016