|

Le paradoxe d'Easterlin ou quand l'argent ne fait plus le bonheur

Pays : Union européenne

Tags : déchiffrage, croissance, Easterlin

En 1974, Charles Easterlin montre que l’augmentation du PIB (la création de richesses marchandes) ne se traduit pas nécessairement par une amélioration du bien-être, notamment au-delà d’un certain seuil.

 

Entre 0 et 15 000 dollars par habitant et par an, il existe une corrélation nette entre l’augmentation des richesses matérielles (le PIB par habitant) et le sentiment de bien-être. Le paradoxe d’Easterlin apparait ensuite, au-dessus de ce seuil : malgré un surplus de richesses, le sentiment de bien-être n’augmente que peu ou plus. Ainsi, les Uruguayens se déclarent plus heureux que les Luxembourgeois bien qu’ils soient cinq fois plus pauvres que ces derniers. Cependant, le paradoxe d’Easterlin ne convainc pas tous les économistes.