|

Le Nobel de la paix à Denis Mukwege et Nadia Murad

Pays : Monde

Tags : prix nobel

Chaque année, le prix Nobel de la paix récompense les personnes qui ont consacré leur vie à la défense de la paix dans le monde. Cette année, il est décerné à Denis Mukwege et et Nadia Murad. Le gynécologue congolais se bat depuis près de vingt ans pour soigner les femmes victimes de viols et de mutilations commis à grande échelle par des groupes armés de la République Démocratique du Congo. Réduite en esclavage par Daech, la jeune femme yézidie milite pour que les persécutions commises en 2014 contre la minorité kurdophone persécutée par les djihadistes en Irak soient considérées comme un génocide.

"Denis Mukwege et Nadia Murad ont tous les deux risqué personnellement leur vie en luttant courageusement contre les crimes de guerre et en demandant justice pour les victimes", a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen.

 
 

Les Nations unies ont salué une annonce "fantastique" qui "aidera à faire avancer le combat contre les violences sexuelles comme arme de guerre dans les conflits". "C'est une cause chère aux Nations unies", a précisé la porte-parole de l'ONU à Genève, Alessandra Vellucci.

Denis Mukwege : une vie à lutter contre le viol

A deux mois et demi d'élections cruciales en RDC, les jurés du prix Nobel ont récompensé une voix parmi les plus sévères envers le régime du président Joseph Kabila, davantage entendue à l'étranger qu'au pays. "L'homme cesse d'être homme lorsqu'il ne sait plus donner l'amour et ne sait plus donner l'espoir aux autres", déclarait-il en 2015 au personnel de l'hôpital de Panzi qu'il dirige à Bukavu. Âgé de 63 ans, marié et père de cinq enfants, le Dr Mukwege aurait pu rester en France après ses études à Angers (centre-ouest). Il a fait le choix de retourner dans son pays, et d'y rester aux heures les plus sombres. Encore aujourd'hui, il vit et travaille dans sa fondation, qui se trouve sous la protection permanente de soldats de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). En 2014, le docteur avait reçu le prix Sakharov. ARTE l'avait rencontré à Strasbourg.

 

 

Nadia Murad, de l'escalavage de daech au Nobel de la paix

Nadia Murad est originaire de Kocho, dans le Nord de l'Irak. En août 2014, Daech a massacré tous les hommes de ce village et enlevé toutes les jeunes femmes, violées et vendues. Nadia Murad a réussi à s'en échapper en novembre 2014, avant de passer par un camp de réfugiés en Irak, puis d'atteindre l'Allemagne. "[Ils] voulaient nous convertir de force à l’Islam. Ils nous forçaient a faire la profession de foi islamique, ils nous apprenaient le Coran, ils nous forçaient à prier avec eux. Il n’y a pas de vie avec Daech", racontait-elle en février à France 24. La jeune Irakienne, âgée de 25 ans, milite pour que les persécutions commises en 2014 contre les Yézidis -une minorité kurdophone persécutée par les djihadistes- soient considérées comme un génocide. Elle a été nommée mi-septembre ambassadrice de l'ONU pour la dignité des victimes du trafic d'êtres humains. En 2016, elle a reçu le prix Sakharov.

 

Le prix, qui consiste en une médaille d'or, un diplôme et un chèque de 9 millions de couronnes suédoises (environ 865.000 euros), sera remis à Oslo le 10 décembre, date-anniversaire de la mort de son fondateur, l'industriel et philanthrope suédois Alfred Nobel (1833-1896). Chaque année, il récompense ceux qui ont oeuvré pour la paix, les droits de l'homme, l'aide humanitaire ou la liberté. Après l'avoir remis en 2016 au président colombien Juan Manuel Santos pour "ses efforts en faveur du processus de paix avec les Farc", le Comité Nobel norvégien l'a également remis à l''Ican, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires

Dernière màj le 6 octobre 2018