Le dopage, en quelques chiffres

Pays : France

Tags : Dopage, cyclisme

Quelques chiffres pour mieux comprendre le marché du dopage.

22 millions d’euros : c'est le budget annuel de l’Agence mondiale antidopage qui représente :

  • 23 % du montant du transfert de Cristiano Ronaldo en 2009 (94 millions d’euros).

  • 0,073 % du chiffre d’affaires du marché mondial du dopage professionnel et amateur (30 milliards d’euros).

  • 0,003 % du chiffre d’affaires du marché mondial du sport (700 milliards d’euros).

 

6 000 euros : prix par an d’un plan d’entraînement comprenant quelques produits dopants

de base (ozone, insuline, créatine, acides aminés), à destination des sportifs de niveau national.

 

30 000 euros : prix par an d’une médication pour un sportif de rang international comprenant

testostérone, hormone de croissance et EPO.

 

100 000 euros : prix par an des programmes de dopage les plus sophistiqués, incluant des substances peu détectables et aux effets secondaires limités, ainsi que des produits masquants, réservés à des sportifs stars tels que Lance Armstrong ou Marion Jones.

 

6 millions d’euros : estimation de la rémunération annuelle du Docteur Fuentes pour encadrer le

programme de dopage de différents sportifs (Jan Ullrich, Ivan Basso...).

 

73 000 euros : c'est la différence entre les salaires mensuels perçus en 1998 par Richard Virenque – chef de l’équipe Festina acquis au dopage (75 000 € par mois) et par Christophe Bassons – membre de l’équipe refusant de se doper (2 000 € par mois).

 

La Russie, la Chine et l’Inde fournissent 40 % de la production mondiale de substances dopantes.

 

70 et 700 tonnes : respectivement les quantités de testostérone et de stéroïdes anabolisants utilisées chaque année dans le monde.

 

Entre 7 et 8 millions : nombre de sportifs amateurs et professionnels se dopant régulièrement chaque année dans le monde.

 

Entre 0 et 2% : part de contrôles antidopage officiels déclarés positifs.

 

109 : nombre de nationalités différentes concernées en 2014 par des violations des règles antidopage.

 

9 sur 10 : dans l’histoire du 100 mètres, seuls dix hommes ont couru en moins de 9 secondes 80 centièmes. Neuf d’entre eux ont depuis été accusés de dopage, le seul à ne pas l’avoir été est Usain Bolt.

 

158 : nombre de sportifs déclarés positifs au meldonium depuis son interdiction le 1er janvier 2016, parmi lesquels la joueuse de tennis Maria Sharapova.