|

Le cyberactivisme contre la cybercensure

Pays : Monde

Tags : Collateral Freedom, RSF

Chaque année, pendant la journée mondiale contre la cybercensure, RSF publie un rapport sur les mercenaires d’internet, ces pays qui n’hésitent pas à faire disparaitre des sites heurtant la sensibilité étatique. En 2015, l’ONG passe à l’attaque et défie les 11 pays "ennemis d'internet". Comment ? En rendant accessibles et imblocables les sites supprimés par ces pays.

Cette année, plutôt que de publier un rapport, on a décidé de passer à l'action.

RSF - 12/03/2015

Cette opération a été orchestrée par Reporters sans Frontières et GreatFire, un groupe d’activistes chinois qui avaient déjà créé des copies imblocables de la Deutsche Welle, de Google et de China Digital Times en Chine. Charlie Smith, l’un des fondateurs de Great Fire : "utiliser la technologie pour fournir un accès libre à l’information en Chine n’est pas seulement une opportunité, mais un devoir pour tout média qui croit en la liberté d’expression." C’est dans cette même optique que RSF a débloqué neuf sites d’information dans 11 pays.

 

Les neuf sites d'information débloqués : 

 

>> Grani.ru, bloqué en Russie. Copie

>> Fergananews.com, bloqué au Kazakhstan, en Ouzbékistan. Copie

>> The Tibet Post International, bloqué en Chine. Copie 

>> Dan Lam Bao, bloqué au Vietnam. Copie

>> Mingjing News, bloqué en Chine. Copie

>> Hablemos Press, bloqué  à Cuba. Copie

>> Gooya News, bloqué en Iran. Copie

>> Gulf Center for Human Rights, bloqué aux Emirats arabes unis. Copie

>> Bahrain Mirror, bloqué au Bahrein et en Arabie saoudite. Copie

 

rsf

 

Le coût du blocage de ces sites miroirs serait donc économiquement et politiquement très élevé pour les pays ennemis d'Internet.

RSF - 12/03/2015

Une liberté collatérale  

La technique a déjà été éprouvée à maintes reprises. Elle consiste à dupliquer les sites censurés et à les rendre accessibles en les hébergeant sur le cloud de gros serveurs, propriétés d’Amazon, Google ou Microsoft. Exemple : le site russe d'information Grani.ru, accessible par cette adresse en France ou en Allemagne ne l’est pas en Russie depuis mars 2014. RSF l’a intégralement copié et collé sur un autre serveur. L’adresse d’accès à ce site devient, pour les Russes : https://gr1.global.ssl.fastly.net/. Cette technique peut être mise en œuvre par n’importe quel internaute qui prendra la peine de consulter les tutoriaux et d’utiliser les outils mis à disposition par Great Fire et RSF.

 

RSF n’en est pas à son coup d’essai. En 2012, il avait déjà utilisé la technique du "mirroring". A une différence près : les copies ou "sites miroirs" étaient hébergées sur des serveurs sans importance pour les autorités des pays. Les copies ont donc été, elles-aussi, supprimées. Le chantage imposé par RSF est très compliqué à esquiver par les censeurs : en bloquant la copie, ils se priveraient des services de Google, d’Amazon ou de Microsoft, engendrant un coût économique très élevé. 

 

Reste à savoir si ces pays ne vont pas réussir à faire suffisamment pression sur ces géants du web pour les inciter à supprimer la copie qu’ils hébergent…

Dernière màj le 8 décembre 2016