|

"Le Brésil se retrouve avec de vrais éléphants blancs"

Pays : Brésil

Tags : stades, Coupe du monde, football

Neuf mois après le mondial, le pays se retrouve avec des stades peu rentables, des "élephants blancs" dont l’entretien est hors de prix. A cela s’est ajouté un nouveau scandale qui implique le géant pétrolier Petrobras. Les choses n’auraient-elles pas donc changé après les manifestations de masse de 2013 ? Pas si sûr. Les Brésiliens ont appris à demander des comptes à leurs dirigeants et c’est une des premières fois que des dirigeants de grandes entreprises sont mis derrière les barreaux. L’impunité généralisée semble passer désormais moins bien. Le point avec notre correspondante Mathilde Bonnassieux. 

Qu’est-ce qui a changé au Brésil depuis la fin de la coupe du monde ? Y a-t-il des choses qui ont changé ?

Mathilde Bonnassieux : D’abord, la coupe aura peut-être appris aux Brésiliens à être un peu plus humbles en foot… Sur le plan purement sportif, les Brésiliens n’ont pas oublié la défaite, mais elle reste bien enfouie dans les esprits. Et finalement il n’y a eu aucune discussion sur les causes, rien n’a été fait au-delà du changement d’entraineur. 
Le débat sur les stades qui font figure d’éléphants blancs s’est calmé. Les grandes manifestations de rue sont un lointain souvenir. Quelques mouvements ont eu lieu récemment à São Paulo contre l’augmentation des tarifs des transports publics, mais l’élan s’est très vite essoufflé.

Avec le mondial, le pays a appris à demander des comptes et à formuler des exigences.

 

Autre changement amené par la coupe, les finances publiques sont encore plus plombées qu’avant.

Enfin un changement positif à noter tout de même, même s’il est encore fragile. Avec le mondial, le pays a appris à demander des comptes et à formuler des exigences, ce qui peut peut-être alimenter quelques espoirs pour la suite.

 

En savoir plus...

Quel est-ce que le scandale Petrobras qui secoue le Brésil depuis plusieurs années ? Ici vous trouvez une infographie ainsi que le reportage de Frédérique Zingaro sur l'affaire "Lava Jato". 

Où en est le débat dans la société aujourd’hui ?

Mathilde Bonnassieux : Au scandale des stades, a succédé un autre, l’affaire du "Lava Jato", un gigantesque scandale autour de l’entreprise pétrolière Petrobras.  Les enquêteurs ont mis à jour début 2014 l’existence d’un cartel de sous-traitants incluant les plus grandes entreprises de construction du pays, qui versaient des dessous-de-table à certains directeurs de Petrobras pour obtenir de juteux contrats. Une partie de ces commissions servait à alimenter les caisses de certains partis, dont celui de la présidente. Le montant des malversations atteindrait 4 milliards de dollars sur 10 ans. C’est l’un des plus gros scandales de l’histoire récente du pays.

Mais c’est aussi la première fois que des dirigeants de grandes entreprises sont mis derrière les barreaux, comme si l’impunité généralisée passait désormais moins bien. Reste à voir cependant si les politiques aussi seront poursuivis. C’est une autre affaire…

 

 Il faudrait 1000 ans pour récupérer le montant investi pour le stade Mané Garrincha à Brasilia. 

 

Que sont devenus les stades ?

Mathilde Bonnassieux : Les prévisions se sont réalisées. Le Brésil se retrouve avec de vrais "éléphants blancs", des stades gigantesques construits ou rénovés, largement inutilisés. D’après une récente enquête de la BBC, le montant du préjudice des trois principaux "éléphants blancs", Brasilia, Manaus et Cuiaba, atteindrait au moins 10 millions de RS pour les contributeurs depuis la fin du Mondial. Le stade Mané Garrincha à Brasilia, le plus cher de la coupe, n’a rapporté par exemple que 420 000 euros dans sa 1ère année d’exploitation. A ce rythme, selon les calculs du District fédéral du pays, il faudrait 1000 ans pour récupérer le montant investi… Le stade de Cuiaba, lui, a été récemment fermé pour réparation.

Enfin le consortium en charge du Maracana envisage de ne plus accueillir de "petits" matches car trop peu rentables, et de se réserver pour les grands événements du football…

 

Dernière màj le 8 décembre 2016