L'auteur autrichien Peter Handke consacré

Pays : Autriche

Tags : Ibsen, Handke, Théâtre

Le prestigieux prix Ibsen vient d'être attribué au dramaturge autrichien Peter Handke. Ce prix créé par le gouvernement norvégien en 2007 et qui se veut l'équivalent du Prix Nobel pour le monde du théâtre est doté de près de 300 000 euros. Les sept membres du jury s'attachent à récompenser une personne, une organisation ou une institution du domaine artistique dont les réalisations exceptionnelles sont dans l’esprit du dramaturge norvégien Henrik Ibsen, selon un communiqué des organisateurs. Au palmarès de ce prix, l'autrichien Handke rejoint Peter Brook lauréat en 2008, Ariane Mnouchkine du Théâtre du Soleil en 2009, le dramaturge Jon Fosse en 2010 et Heiner Goebbels en 2012.

ARTE Journal a recueilli l'interview exclusive de Peter Handke, lauréat du prix Ibsen, quelques heures avant l'annonce officielle de sa consécration (Réalisation : Vibeke Knoob Rachline & Nikolai Jakobsen) :

 

 

 

Quelle motivation pour cette attribution ? Voici un extrait du communiqué du jury du Prix Ibsen

"En attribuant le prix Ibsen 2014 à Peter Handke, c'est sa force poétique qui est honorée. C'est elle qui l'a conduit à travailler des formats considérés comme quasi-impossibles à l'instar de ses "pièces parlées" ("Sprechstücke"), son penchant pour le nouveau "théâtre du monde", ses pièces complètement muettes ou ses drames sous forme de monologue. Le monde théâtral de Peter Handke inclus le "beat" et l'esprit pop aussi bien que le ton lyrique du drame poétique qui vise à transformer l'auditeur. Et puis, Peter Handke n'est pas un auteur né du théâtre – il ne fut ni acteur, ni dramaturge ni metteur en scène mais un raconteur d'histoire (...) Peter Handke a inventé une île où il vit avec ses pièces et où il peut libérer tout ce qu'il a amassé entre la Slovénie et l'Alaska, les banlieues et ses rencontres avec ses propres ancêtres. Ce faisant, sur près d'un demi-siècle, Peter Handke a imaginé la forme la plus inhabituelle du classicisme depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et il continue aujourd'hui encore à l'inventer".

Le lauréat, Peter Handke 

Romancier et auteur dramatique, Peter Handke est né en 1942 à Griffen (Autriche), d’une mère d’origine slovène et d’un père allemand. Précoce, il commence à écrire à l’âge de seize ans. Après ses premiers succès littéraires et quatre années de droit, il abandonne ses études en 1965, pour se consacrer entièrement à l’écriture. 
 


En 1966, il se fait connaître par le succès de sa pièce de théâtre Outrage au public et surtout par le scandale qu'il provoque en attaquant les principes esthétiques du Groupe 47, un cercle d'écrivains et de critiques qui, jusque-là, dominait incontestablement la littérature de langue allemande d'après-guerre.
Lauréat en 1973 du prix Buchner il rend la dotation de ce prix en 1999 en protestation contre les bombardements de l’OTAN en Serbie. S'affichant volontiers proserbe, il s'expose d'ailleurs à la critique et même à de violentes polémiques comme lorsqu'il décide d'assister aux obsèques du dirigeant serbe Slobodan Milosevic, accusé de crime de guerre, crime contre l'humanité et génocide. C'est pour ce motif par exemple que sa pièce "Voyage au pays sonore ou l'art de la question" a été déprogrammée en France en 2006. 
 


Auteur prolifique, Handke multiplie les écrits, romans, pièces de théâtre, essais et obtient presque tous les grands prix littéraires autrichiens et allemands. Il signe des scénarios de films pour le réalisateur Wim Wenders, lequel adapte plusieurs des romans d'Handke. Il a vécu à Salzbourg, à Düsseldorf, à Berlin. En 1991, il s'installe à Chaville, près de Paris. 
 


On lui doit notamment "L'Heure où nous ne savions rien l'un de l'autre" (1997), pièce dont le personnage central est une place publique ou "La Chevauchée sur le lac de Constance", une pièce qui relate le quotidien de cinq personnages réunis dans une maison qui débattent de tout et de rien. 
 


Peter Handke traduit aussi en allemand de nombreux auteurs français (Patrick Modiano, Emmanuel Bove, Francis Ponge, René Char, Marguerite Duras, Georges-Arthur Goldschmidt, Julien Green, Jean Genet, Bruno Bayen), grecs (Eschyle, Sophocle) et anglais (Percy, Shakespeare). 

 

 

Damien Wanner