|

L'accord de libre-échange UE/USA pour les nuls

Pays : États-Unis

Tags : TTIP, USA, Europe, Marché transatlantique

Le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, est aux Etats-Unis pour négocier un traité de libre échange UE/USA avec le Représentant américain pour le Commerce Michael Froman. En jeu, la plus grande zone de libre-échange du monde.

En savoir plus...

Partenariat transatlantique : l'inquiètude des agriculteurs

Le TTIP c'est quoi ?

Le TTIP, c’est l’acronyme anglais pour "Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement". Il s’agit de créer un marché transatlantique libre d’entraves, donc d’éliminer les restrictions qui ralentissent les échanges entre l’Union Européenne et les USA.

 

Longtemps, le principal obstacle aux échanges mondiaux c’était les droits de douane. Or aujourd’hui entre l’UE et les USA, ce n’est plus le cas. Ils sont déjà très bas : rarement plus de 3%. A quelques exceptions notables près (textiles, fromages, fruits et légumes) il n’y a donc plus grand-chose à négocier de ce côté-là.

 

Aujourd’hui les barrières ne sont plus douanières mais réglementaires. Les principaux obstacles au commerce, ce sont les normes élaborées par les élus  (souvent sous la  pression des lobbies)  pour protéger la santé, l’hygiène,  l’environnement, la sécurité des produits, les droits d’auteurs, les épargnants, les investissements, etc. Pour vendre un produit, il faut se mettre en conformité avec ces normes, et cela coûte évidemment très cher.

 

C’est donc ces réglementations que l’accord de libre-échange USA-UE veut harmoniser. Selon ce principe - très simple sur le papier, très compliqué à mettre en œuvre,- pour faciliter le commerce entre les deux puissances il faudrait appliquer les mêmes règles de précaution partout.

 

Le TTIP pourquoi ?

Pour créer de la croissance et de l’emploi pardi ! C’est en tout cas l’argument-clé de Barack Obama, fervent promoteur du TIPP, et de ses partenaires européens. Etudes et chiffres à l’appui.

 

De fait, cet accord permettrait de créer la plus grande zone de libre-échange du monde englobant 820 millions de consommateurs. Chacun des deux blocs est déjà le principal partenaire de l’autre, et leurs économies représentent 50% du PIB mondial.

 

Selon une étude du Center for Economic Policy Research, le TTIP rapporterait 119 milliards d’euros à l’UE et 95 milliards aux USA jusqu'en 2027. Le PIB mondial augmenterait de 100 milliards d’euros.

 

Selon une autre étude plus optimiste encore, de la fondation Bertelsmann cette fois, un tel accord devrait générer 2 millions d’emplois de part et d’autre de l’Atlantique, dont 121.000 en France et 180.000 en Allemagne.

 

Qui négocie, quand et comment ?

Barack Obama et les dirigeants européens ont solennellement donné le coup d’envoi des négociations le 17 juin dernier en marge du sommet du G8 en Irlande du Nord. Le premier cycle s’est ouvert  en juillet à Washington. Depuis, deux autres rounds ont eu lieu, le 4ème s’ouvrira en  mars prochain à Bruxelles. Sensées déboucher sur un accord au bout de deux ans, ces négociations s’annoncent bien plus longues et ardues et nombreux sont ceux qui pensent déjà que la montagne accouchera d’une souris.

 

Elles sont conduites par deux négociateurs en chef : le secrétaire d’Etat au commerce Michael Froman côté américain, Ignacio Garcia Bercero côté européen. Pour le reste, ces négociations ultra-techniques se déroulent dans l’opacité la plus totale, derrière des portes closes. Très peu d’information filtrent. Avant même qu’elles ne commencent il n’y a  eu aucun débat public sur le contenu du mandat de négociation de la commission européenne.

 

 

 

Le TTIP, quelles conséquences concrètes ?

A l’heure où le fameux TTIP (Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement) entre les Etats-Unis et l’Europe revient à l’ordre du jour, il convient de rappeler qu’aucune tentative de mise en place d’un marché libre d’entraves entre le Vieux continent et l’Amérique n’a abouti depuis les années 60. Entre le scepticisme affiché d’une opinion européenne, de plus en plus hostile au libre-échange, et un président américain suspendu aux décisions du Congrès, cette nouvelle tentative de traité transatlantique de libre-échange semble vouée à l’échec. Car, en effet, les conséquences d’un tel traité seraient nombreuses et affecteraient de nombreux secteurs. Culture, agriculture, industrie textiles, emploi, écologie etc... : Carolin Ollivier détaille quelques conséquences concrètes de cet accord de libre échange entre l'Union Européenne et les Etats-Unis. Survolez l'image :

Dernière màj le 15 septembre 2016