La Pologne inquiète l'Europe

Pays : Pologne

Tags : Pologne, Nationalisme, Extrême-droite, patriotisme, PiS

Membre récent de l’Union, la Pologne est aujourd’hui un motif d’inquiétude pour l’Europe. À Bruxelles, l’évolution dans ce pays est même qualifiée de "l’un des plus graves problèmes de l’UE en 2016".

Depuis les élections d’octobre dernier, la Pologne préoccupe l’Europe : victoire des nationaux-conservateurs du PiS (Droit et justice), dérives à droite de la jeunesse polonaise (deux tiers des jeunes ont voté pour le PiS) et promulgation d’une nouvelle loi qui vise à museler les médias.

Après la Hongrie, c’est au tour de la Pologne d’être sous le feu des critiques. Pourtant, on entend aussi s’exprimer d’autres voix : les Polonais lutteraient tout simplement contre une Union européenne qu'ils jugent trop dominante et les donneurs de leçon allemands, comme Günther Oettinger, commissaire européen à l’Économie et à la Société numériques, qui entend "mettre Varsovie sous tutelle". Faut-il tirer la sonnette d’alarme ? Ou se dire que chaque pays a le droit de suivre sa propre voie, quitte à résister à la "vieille Europe" ?

 

Wroclaw, capitale européenne de la culture en 2016

 

wroclaw-rue

Une rue à Wroclaw

Les festivités célébrant la Capitale culturelle européenne 2016 ont démarré en grande pompe en janvier. Avec environ un millier de manifestations réparties sur toute l’année, la métropole polonaise, quatrième ville située dans le sud-ouest du pays, entend se présenter comme une cité ouverte sur le monde, diversifiée et moderne, en vue d’attirer des visiteurs du monde entier.

 

itvwroclaw.jpg

Une vision très différente des informations qui émanent depuis quelque temps de Wroclaw. Ainsi, en novembre dernier, des manifestants d’extrême-droite ont brûlé une "marionnette juive" sur la place du marché. Dans la foulée, certains d’entre eux ont tenté d’empêcher le public d’assister à la première d’une pièce d’Elfriede Jelinek, en invoquant les propos tenus par le ministre polonais de la Culture.

Cela dit, l’extrême-droite n’est pas la seule à manifester à Wroclaw. Régulièrement, des milliers de sympathisants du KOD (Comité de défense de la démocratie) descendent dans la rue pour protester contre les mesures prises par le nouveau gouvernement.

Trait d'union entre l'est et l'ouest, Wroclaw est le miroir des contradictions qui déchirent la société polonaise.

 

Les jeunes nationalistes en Pologne

 

manifpologne.jpg

 

On observe depuis quelque temps déjà un coup de barre à droite parmi la jeunesse polonaise. Selon l’institut de sondages d’opinions CBOS, un jeune sur trois âgé de 18 à 24 ans a des affinités avec les partis de droite. La tendance a également été confirmée par les choix électoraux des jeunes adultes de 18 à 29 ans lors du scrutin législatif en octobre dernier.

La majorité d’entre eux a voté pour le parti PiS (Droit et justice). Durant la campagne électorale, ultra-conservateurs nationalistes ont courtisé les jeunes électeurs en leur promettant notamment d’augmenter les allocations familiales. 

L’alliance Kukiz15, spécialement créée pour ce scrutin par le rocker polonais Pawel Kukiz, est elle aussi très populaire auprès des jeunes. Elle fédère notamment des groupements d’extrême-droite, tels que le Mouvement national polonais dont le chef de file Robert Winnicki siège au Parlement. Connu pour être le chef des Jeunesses de la grande Pologne, il est également le père spirituel de la "marche pour l’indépendance" qui se déroule traditionnellement le 11 novembre, jour de l’indépendance du pays, et qui dégénère chaque année. Dans la ligne de mire de Robert Winnicki : la société ouverte, la gauche et les homosexuels.

 

La consommation patriotique

 

pologneconso.jpg

 

Les Polonais attachent une grande importance au patriotisme, à l’amour de leur pays et à la défense de leur identité polonaise. Cette tendance se manifeste aussi dans leurs achats, le nouveau mot d’ordre étant la "consommation patriotique". Une application lancée l’automne dernier permet aux consommateurs de vérifier la part des ingrédients polonais dans les produits vendus dans les supermarchés. Lorsqu’ils scannent le code-barres, l’appli leur indique entre autres un nombre de points reflétant le capital polonais investi dans l’article en question et s’il a été fabriqué dans le pays.

 

consopologne-appli

 

Cette application a été mise au point par un groupe de réflexion, le club Jagiellonski, qui défend l’émergence d’un patriotisme moderne en Pologne. Il est financé par des dons et des aides publiques. Les bénévoles qui y militent organisent des manifestations, publient des livres et des revues. Dans le cadre des activités de ce club, ils se rendent également dans des écoles pour y développer l’esprit patriotique, par exemple en incitant les élèves à se pencher sur l’histoire de leur ville et de leur région.

Dernière màj le 14 novembre 2016