|

La paix au bout du plus ancien conflit d’Amérique latine

Pays : Colombie

Tags : FARC, Colombie

Après cinquante ans de conflit armé, la paix se profile en Colombie : le président colombien Juan Manuel Santos et le dirigeant de la guérilla marxiste des Farc Timoleon Jimenez, se sont mis d’accord sur le sort judiciaire des combattants. L'accord final de paix devrait être signé d'ici six mois, le 23 mars 2016.

A voir aussi

Colombie, terres promises : le reportage d'ARTE Reportage

C’était l’un des points cruciaux des négociations : le sort judiciaire réservé aux auteurs de crimes de guerre. Aujourd’hui encore, 26 000 personnes sont encore portées disparues en Colombie. 37 % des cas sont attribués aux Farc, selon un rapport du Centre national de la mémoire historique. Le conflit a fait au moins 220 000 morts et six millions de déplacés.

Un accord qui apaise les victimes de la guérilla

Le texte présenté mercredi 24 septembre prévoit les modalités de jugement des responsables du conflit : ceux qui coopéreront seront passibles de sanctions de cinq à huit ans sous des régimes spéciaux. Ceux qui refusent de passer aux aveux s’exposeront à des peines de vingt ans ans d’emprisonnement. Parmi les crimes visés figurent "les crimes contre l'humanité, le génocide et les crimes de guerre tels que la prise d'otages ou autre privation aggravée de liberté, la torture, le déplacement forcé, la disparition forcée, les exécutions extrajudiciaires et la violence sexuelle". Ils ne pourront pas faire l’objet d’amnistie.

Autre point important : les Farc devront enclencher leur désarmement soixante après la signature de l’accord de paix final.

 

 
Dernière màj le 8 décembre 2016