|

La Libye au bord de l’implosion

Pays : Libye

Tags : milices armées, pétrole

La guerre civile fait rage sur le sol libyen. Depuis dimanche 27 juillet, Benghazi est le théâtre de violents combats entre l’armée et des groupes islamistes : au moins 38 personnes, essentiellement des soldats, ont été tuées. A Tripoli, la capitale, au moins 97 personnes sont mortes depuis le 13 juillet, début des affrontements entre des milices rivales. Ces combats sont essentiellement concentrés autour de l’aéroport international, sous le contrôle des brigades de la ville de Zenten : une zone hautement stratégique que tous cherchent à contrôler, depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les élections du 25 juin ont constitué l’un des déclencheurs de la situation actuelle. L’influence politique des islamistes est en jeu : "ces élections ont vu la grande victoire des libéraux. C’est un coup dur pour les islamistes qui ont perdu pour la deuxième fois, après les élections de 2012", explique Houda Mzioudet, journaliste pour le Libya Herald.

Pétrole en feu

Les dernières élections sont un coup dur pour les islamistes : c'est la deuxième fois qu'ils perdent après 2012

Houda Mzioudet, journaliste pour le Libya Herald

Lundi 28 juillet dans la journée, le feu s’est propagé à un deuxième réservoir de carburant, après que l’incendie d’une citerne à Tripoli, le dimanche soir, n’ait pu être maitrisé. La citerne, située en pleine zone de combat, a été touchée par un tir de roquette. D’après la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), l’incendie du complexe entier, qui contient pas moins de 90 millions de litres de carburants, est actuellement "hors de contrôle" en raison de la proximité des combats. Plus grave encore, le danger serait la propagation des flammes aux réservoirs de gaz ménager stockés sur le même site, a indiqué le porte-parole de la NOC. Une explosion provoquerait des dégâts sur un rayon de 5km. Les autorités ont d’ores et déjà demandé de l’aide à plusieurs pays. Même si l’incendie est maîtrisé, des pénuries d’essence seraient à venir, dans un pays où les 20 litres d’essence coûtent désormais 71.60 euros, contre 1.70 avant 2011.

Les occidentaux évacuent

Dans ce climat hostile, plusieurs pays européens, dont la France, ont enjoint dimanche à leurs ressortissants de quitter le pays de toute urgence. Un convoi britannique, parti de Tripoli pour rejoindre la Tunisie, a été la cible de tirs qui n’ont fait aucune victime, a annoncé dimanche un responsable de l’ambassade du Royaume-Uni. Samedi 26 juillet, les États-Unis ont évacué leur propre ambassade en formant un gigantesque convoi depuis la route de l’aéroport de Tripoli, où se trouve leur représentation diplomatique. Les américains, qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour protéger leurs diplomates, ont encore en tête l’attentat de Benghazi en 2012 : l'attaque contre le consulat américain avait coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens. Le département d’État a cependant promis de revenir dès que la situation en Libye serait rentrée dans l’ordre.

Dernière màj le 8 décembre 2016