|

La libre-circulation suspendue en Europe, en attendant un accord sur les réfugiés

Pays : Union européenne

Tags : Réfugiés, Europe

Après l'Allemagne dimanche, la Slovaquie et l'Autriche ont annoncé à leur tour, ce lundi, le rétablissement des contrôles aux frontières face à l'afflux de dizaines de milliers de migrants, suspendant de facto les accords de Schengen sur la libre-circulation en Europe, avant une réunion à Bruxelles ce lundi, consacrée à la répartition des réfugiés. 

Devenue en quelques semaines une terre promise pour des réfugiés de plus en plus nombreux qui pourraient atteindre un million cette année, l'Allemagne a justifié ainsi sa décision de suspendre la libre-circulation en Europe par "l'inaction" de l'UE, qui "a conduit l'Allemagne aux limites de ses capacités", explique le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel. Le problème "n'est pas en premier lieu le nombre de réfugiés mais la rapidité avec laquelle ils arrivent", souligne ce dernier. Une volte-face de la chancelière Angela Merkel, confrontée à des problèmes logistiques mal anticipés et à la grogne de son camp politique, qui survient quelques jours seulement après qu'elle eut plaidé auprès de ses partenaires européens pour un accueil des réfugiés sans limite de nombre. 

En savoir plus...

Petite histoire de Schengen

La Commission européenne juge que la suspension de l'espace Schengen souligne "l'urgence" de parvenir à un plan européen de répartition. Un compromis à la réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'UE à Bruxelles lundi est très incertain, nombre de pays restant arc-boutés contre l'idée même de quotas obligatoires d'accueil.

Londres promet d'accueillir vingt mille Syriens

La Grande-Bretagne, qui comme le Danemark et l'Irlande, dispose d'une option de retrait de la politique d'asile de l'UE, a annoncé lundi la nomination d'un sous-secrétaire d'État aux réfugiés, au moment où le Premier ministre David Cameron visitait un camp de réfugiés au Liban. Londres a promis d'accueillir vingt mille Syriens en cinq ans. 

La crise migratoire, portée par les guerres et la misère au Moyen-Orient et en Afrique, ne donnait elle aucun signe de ralentissement.

Un nombre record de 5809 migrants sont entrés en Hongrie dimanche, avant la date fatidique du 15 septembre à partir de laquelle Budapest veut rendre hermétique sa frontière avec la Serbie, deux pays clés de la route menant de Turquie en Allemagne. Lundi après-midi, la police hongroise a fermé le principal point de passage emprunté par les migrants pour traverser la frontière serbo-hongroise, à Röszke.

De nouvelles victimes en mer, les navires de guerre à la rescousse

Toujours dimanche, trente-quatre personnes, dont quatre bébés et onze enfants, sont morts noyés dimanche en Méditerranée, dans le naufrage de leur embarcation au large de l'île grecque de Farmakonis, à quinze kilomètres des côtes turques. L'UE a annoncé lundi qu'elle recourrait, à partir de début octobre, à la force militaire contre les passeurs de migrants dans le cadre de son opération navale en Méditerrannée.