|

La chambre des communes, késako ?

Pays : Royaume-Uni

Tags : Elections, Chambre des communes

Il y a souvent un sacré chahut dans l'un des plus vieux Parlement du monde. Les députés s'interpellent, vocifèrent, s'apostrophent… et le président de l'assemblée qu'on appelle Speaker a souvent du mal à faire régner l'ordre. Nommé par consensus, il a du mal à se faire entendre quelquefois, et pourtant le Speaker a toute autorité avec sa robe noire. Sa tâche est d'assurer la bonne marche des débats et d'inviter les députés à prendre la parole. 

A sa droite, le gouvernement. A sa gauche, l'opposition. Les deux parties se font donc face, assises sur des sièges verts… mais il n'y a que 437. Du coup, lors d'importants débats, les 650 élus doivent se serrer… ce qui forcément joue sur l'ambiance. Toutes les semaines, la séance du Premier Ministre est l'occasion d'amusantes joutes verbales. Pour voir ce que ça donne, voici celle du 25 mars dernier. Rien que les 20 premières secondes de la vidéo vous donne un avant-goût de l’ambiance…

 

La chambre des communes 1

Le Speaker est assisté de trois adjoints, dont le plus important d'entre eux porte le titre de président des voies et moyens (Chairman of Ways and Means). Traditionnellement, le speaker et ses adjoints sont non partisans. Ils ne votent pas et ne participent pas aux affaires des partis politiques.

La chambre des communes 2

Un peu d'histoire

Il y a longtemps, longtemps, longtemps…. un conseil royal se réunissait régulièrement. Il comprenait des membres du clergé, des nobles et des chevaliers de comté. Ils approuvaient les taxes proposées par la Couronne, et souvent, le conseil exigeait la satisfaction des doléances du peuple avant de procéder au vote. Ce sont les débuts du pouvoir législatif… En 1265, les citoyens sont représentés pour la première fois. Et cette assemblée se divisera entre Chambre des communes, et Chambre des Lords en 1332. D'un côté, les chevaliers et les bourgeois. Et de l'autre, le clergé et les nobles. L'histoire retiendra que le 10 juillet 1376, le Speaker de la Chambre des communes, Sir Peter de la Mare, se plaignit des taxes trop lourdes, et remit en cause la gestion des dépenses militaires du roi. Cette audace lui vaudra la prison, mais on peut dire que la tradition d'insubordination est née ce jour-là. Peu à peu, les parlementaires se sont imposés : destituant des ministres, contrôlant de plus en plus les dépenses publiques. Ils ont finis par faire les lois.

La chambre des communes 3


Dernière màj le 8 décembre 2016