|

Kiev montre les dents

Pays : Ukraine

Tags : Ukraine, Séparatiste, Obama, Poutine, ultimatum, kiev, union européenne

Depuis trois jours, les événements s'accélèrent dans l'Est russophone de l'Ukraine. Des bâtiments administratifs sont passés aux mains des insurgés pro-russes dans plusieurs villes proches de la frontière russe. Dans le même temps, le pouvoir central de Kiev a envoyé des troupes pour faire face aux insurgés pro-russes. L'ultimatum fixé par les autorités ukrainiennes aux séparatistes pour qu'ils posent les armes dans l'est de l'Ukraine a expiré sans que les rebelles se plient à l'injonction. Le drapeau russe flotte toujours sur le QG de la police de Slaviansk, ville autour de laquelle se massent les troupes ukrainiennes et où six blindés et une centaine de soldats non-identifiés sont venus renforcer le camp le camp pro russe.

La carte des événements :

L'appel à Poutine

"Nous demandons à la Russie de nous protéger et de ne pas permettre un génocide de la population de Donbass", a déclaré Viatcheslav Ponomarev, l'un des chefs séparatistes dans un appel à Vladimir Poutine. De son côté le président russe a dit son espoir que les pourparlers de Genève prévus ce jeudi soient en mesure de faire retrouver un "cadre pacifique". La veille, le président américain lui a demandé par téléphone de convaincre les insurgés armés pro-russes de déposer les armes. Vladimir Poutine a répondu que les accusations d'ingérence de Moscou reposent sur des informations infondées.

 

Opération anti-terroriste

Ce mardi 15 avril, le président ukrainien a annoncé une nouvelle fois le lancement d'une opération anti-terroriste dans la région de Donetsk, "menée de façon garduelle, responsable et réfléchie", au lendemain d'un geste d'ouverture, où Olexandre Tourtchinov évoquait un possible referendum sur une autonomie élargie des régions de l'est. Le président ukrainine par interim en a par ailleurs appelé à l'ONU, estimant que la présence d'observateurs de l'ONU pourrait attester de la légitimité des actions des autorités ukrainiennes.

 

Prêt d'un milliard d'euros
Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont eux allonger la liste des personnalités russes et ukrainiennes pro-russes, sous le coup de sanctions. Ils ont également donné le feu vert à un prêt d'un milliard d'euros à Kiev.  Paris, Londres et Berlin appellent à durcir les sanctions économiques contre Moscou. Une nouvelle réunion est prévue à Genève le jeudi 17 avril entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'UE. Les Européens pourraient décider de passer à la phase 3 des sanctions, celles d'ordre économique, susceptibles de frapper plus durement la Russie. 

Dernière màj le 8 décembre 2016