Khmers américains : retour à l'envoyeur

Pays : Cambodge

Tags : Cambodge, Khmers, Etats-Unis, gang, Phnom Penh

Leurs parents s’étaient réfugiés aux Etats-Unis pour échapper à la folie meurtrière des Khmers Rouges. Eux se considèrent comme des Américains, déportés de force au Cambodge.

Samedi 15 mars

18:35

ARTE Reportage

Yemen : les enfants dans le couloir de la mortDes dizaines de détenus mineurs croupissent dans les prisons, condamnés à la peine capitale... Un reportage exceptionnel et inédit.

 

Khmers américains : retour à l’envoyeur
Des parents réfugiés aux USA pour échapper à la folie meurtrière des Khmers Rouges. Leurs enfants élevés aux USA, puis déportés de force au Cambodge...

 

Europortraits – Mars : L’Europe de la culture
L'Europe c'est quoi ? L'Europe c'est qui ? ARTE Reportage propose de partager la vie de citoyens engagés dans une Europe incarnée...

Depuis 2002, les Etats-Unis expulsent vers Phnom Penh des jeunes d’origine cambodgienne qui ont commis des délits sur le sol américain. Résidents, et non pas citoyens américains, les enfants des victimes de Pol Pot, élevés aux Etats-Unis, sont du jour au lendemain renvoyés sur la terre de leurs ancêtres, dans un pays qu’ils n’ont souvent jamais connu et où ils n’ont aucune attache.
En dix ans, près de 400 Cambodgiens américains, les Khmericans, ont été renvoyés au Cambodge. La plupart sont de jeunes hommes, anciens membres de gangs. Le rythme des retours s’est accéléré avec le durcissement de la politique migratoire américaine : près de 2000 Khmericans sont actuellement menacés d’expulsions.
Leurs pantalons baggies, leurs casquettes à l’envers et leurs tee-shirts trop larges qui masquent à peine leurs tatouages font souvent retourner les curieux. Dans les rues de Phnom Penh, la capitale cambodgienne, le look "gangster américain" ne passe pas inaperçu. Surtout lorsqu’il est arboré par des jeunes d’origine khmère.
Recherche d’un logement, d’un emploi, adaptation à la société cambodgienne, les expulsés doivent reprendre leur vie à zéro, coupés de leurs familles restées aux Etats-Unis. Shy, Sakmaknak, Mout et Kosal nous font découvrir le quotidien cambodgien de ces Khmericans déracinés.

De Séverine Bardon, Vincent Reynaud et Olivier Marzi  –ARTE GEIE / Baozi Productions – France 2014