|

Juifs d’Europe : la tentation du départ

Pays : Union européenne

Tags : Juif, Antisémitisme, Alya

Les chiffres ne mentent pas. Il en est un qui dit assez l’ampleur du malaise de la communauté juive d’Europe en général, et de France en particulier. En 2014 plus de 7000 juifs citoyens de notre pays l’ont quitté pour aller vivre en Israël. C’est deux fois plus qu’en 2013, pourtant déjà une année record. Sans atteindre les niveaux français, cette tendance se confirme également en Belgique, en Italie et en Grande-Bretagne. Exception à la règle, l’Allemagne : le nombre de juifs qui s’y installent est plus élevé que le nombre de juifs qui la quittent pour faire leur Alya. 

En savoir plus...

>> "L’appel de Netanyahou est inacceptable." Interview du rabbin Menachem Margolin, directeur général de l’association des juifs d’Europe basée à Bruxelles.

Mourir parce que juif
L’affaire Merah en mars 2012, la fusillade au musée juif de Bruxelles en mai 2014, la tuerie de la supérette casher à Paris le mois dernier suivie de l’attaque de la synagogue de Copenhague ont instillé la peur dans cette communauté. Cette dernière est soudainement confrontée à ce terrible constat : aujourd’hui encore en Europe occidentale, être juif c’est être une cible prioritaire. Les victimes de Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche, Amedy Coulibaly ou du tireur de Copenhague sont mortes pour une seule et unique raison, parce qu’elles étaient juives. La profanation de plusieurs centaines de tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union le 15 février – la plus importante depuis plus de trente ans – n’est sans doute pas le fait d’islamistes radicaux, mais il ajoute une once d’antisémitisme du cru à un tableau déjà noir.

 

"Israël vous attend à bras ouvert"

Alors faut-il partir ? Faut-il fuir la terreur et chercher la sécurité en Israël, un pays pourtant en état de guerre larvée permanent ? Oui, répond le gouvernement israélien qui multiplie les appels à l’émigration massive, "aux juifs d’Europe comme à ceux du monde entier je veux dire qu’Israël vous attend à bras ouvert" a encore répété le Premier Ministre Benyamin Netanyahou ce dimanche quelques heures après l’attaque de Copenhague. "Le terrorisme islamique vient encore de frapper en Europe", a dénoncé le premier ministre israélien lors de la réunion hebdomadaire de son cabinet, "et cette vague de terreur va se poursuivre". 40 millions d’euros ont été débloqués par le gouvernement israélien pour encourager les juifs de France, de Belgique et d’Ukraine à sauter le pas. Avec cette promesse à la clé : Israël aura à cœur de les protéger, sous-entendu ce que les démocraties européennes ne parviennent pas à faire.

 

"La place des Français juifs, c’est la France"

Le gouvernement français n’a pas apprécié. François Hollande a exhorté les juifs à rester en France "Je ne laisserai pas (passer) des paroles prononcées en Israël qui laisseraient penser que les juifs n’auraient plus leur place en Europe et en France en particulier". Le Premier Ministre lui a emboité le pas appelant à l’unité face à "l’islamo-fascisme". "La France est blessée comme vous et la France ne veut pas votre départ -a déclaré Manuel Valls-. Elle vous dit une nouvelle fois son amour, son soutien et sa solidarité. Cet amour est bien plus fort que les actes de haine, fussent-ils répétés. Je regrette d’ailleurs les propos de Benjamin Netanyahu. Quand on est en campagne électorale, ça ne veut pas dire s’autoriser n’importe quelle déclaration."

 

Immigration France Israel VF

 

Arrière-pensées électoralistes ?  

En Israël aussi des voix s’élèvent pour dénoncer les arrière-pensées électoralistes de Netanyahou qui briguera un troisième mandat le 17 mars prochain lors d’élections législatives anticipées. Dans un édito du quotidien Haaretz Allison Kaplan Summer rappelle que certes, offrir un refuge et une patrie à tous les juifs du monde représente le sens même de l’entreprise sioniste, mais tout est dans la manière de le faire et pour elle les appels du Premier ministre aux juifs d’Europe relèvent clairement de l’opportunisme. "En les formulant  sur le registre du ‘je vous l’avais bien dit’, les appels de Netanyahou envoient un message pervers et donnent le sentiment que le gouvernement israélien est content que les Juifs là-bas soient menacés parce que cela renforce sa raison d’être".

 

Immigration Israël VF

L’importance stratégique des juifs de la diaspora

Plusieurs leaders de la communauté juive en Europe ont également pris leur distance avec l’appel de Netanyahou. Parmi eux, le grand rabbin du Danemark Jair Melchior. Il s’est dit déçu par la déclaration du premier ministre israélien après l’attaque de la synagogue de Copenhague. "Les juifs du Danemark vont vivre en Israël par amour pour Israël, à cause du sionisme mais pas à cause du terrorisme. Si notre façon de réagir au terrorisme c’est de fuir ailleurs, alors nous devrions tous nous précipiter sur une île déserte".

Un avis que partage le Rabbin Menachem Margolin à la tête de l’association des juifs européens basée à Bruxelles. "Cela m’attriste, qu’à chaque attaque antisémite en Europe le gouvernement israélien réagit avec des appels à émigrer au lieu de mobiliser tous les outils diplomatiques et de renseignement à sa disposition pour améliorer la sécurité des juifs en Europe. Le gouvernement israélien devrait se souvenir de l’importance stratégique de ces communautés juives à l’étranger qui soutiennent Israël dans leurs pays respectifs".

 

Population juive dans le monde

 

Dernière màj le 8 décembre 2016