|

Jour 9 - Shakespeare expire

Pays : France

Tags : Antoine et Cléopâtre, Tiago Rodrigues

La pièce du Portugais Tiago Rodrigues aurait pu s’appeler "Vice-Versa", ou plus simplement "Duo".  Deux acteurs-danseurs jouent Antoine et Cléopâtre pour la pièce-monument de Shakespeare. Et pourtant, Tiago Rodrigues réussit à nous convaincre de l’entreprise en réduisant "cette pièce plus grande que la vie" à sa substance, à cet amour fusionnel entre les deux protagonistes. Neuf chants et autant de poèmes viennent scander ce spectacle, où Cléopâtre devient Antoine, et Antoine devient Cléopâtre, chacun parlant de l’autre, chacun finissant par devenir l’autre aux risques et périls de l’Histoire, chacun pénétrant l’espace de l’autre et s’abandonnant.

 

Avignon : Antoine et Cléopâtre

Antoine inspire
Cléopâtre inspire
Antoine expirea
Cléopâtre expire.
Antoine est à une extrémité du présent, à la limite du futur. 
Cléopâtre est à l’autre extrémité du présent, à la limite du passé.

Extrait

Dès les premiers chants, c’est le présent, l’ici et maintenant qui est convoqué, tout simplement par ce que seul le présent permet d’être impliqué. Avec les mots Antoine et Cléopâtre, le présent est sans doute le mot le plus employé dans la pièce. Et c’est ainsi que Tiago Rodrigues invente un nouveau langage, qui n’est pas tout à fait du théâtre, à la limite de la danse. Sur le plateau, c’est un couple de danseurs, Sofia Dias et Victor Roriz (couple aussi à la ville), qui viennent scander ces chants d’amour, et nous faire vivre l’histoire de ce couple mythique. La scénographie est limitée à un mobile composé de 4 cercles transparents jaunes et bleus, dans lesquels se reflètent les corps des deux danseurs qui nous font revivre cette histoire obsessionnelle d’Antoine et Cléopâtre. 

 

Dans cette évocation, Tiago Rodrigues convoque aussi notre imaginaire. Il est allé voir du coté de Plutarque pour écrire cette pièce, mais aussi du film de Mankiewicz avec le couple mythique et fusionnel Elizabeth Taylor et Richard Burton. La musique originale revient elle-aussi scander la chorégraphie de cet amour qui s’abandonne ne faisant qu’accentuer la tragédie. 

 

Incontestablement, Tiago Rodrigues est l’un des metteurs en scènes les plus prometteurs actuellement. Nouveau venu sur la scène d’Avignon, il n’est pas complètement inconnu. Sa pièce précédente "By Heart", évocation émouvante de sa grand mère Candida qui devient aveugle et qui demande d’apprendre par cœur des passages de roman, a tourné en France et en Allemagne notamment. Et il vient d’être nommé directeur artistique du Théâtre Dona Maria II de Lisbonne. L’an prochain, il s’attaquera à "Madame Bovary" qu’il montera à Paris au printemps 2016. Un autre monument. A suivre. 

Dernière màj le 8 décembre 2016