|

Italie : nouveau drame de l'immigration

Pays : Italie

Tags : Immigration, Lampedusa

Une trentaine de morts ont été découverts sur un bateau de migrants, dans l'après-midi du 29 juin, par la marine et les garde-côtes italiens, au niveau du canal séparant la Sicile des côtes nord-africaines. Le bateau de pêche, transportant près de 590 personnes, était en route vers la péninsule transalpine.

C’est au cours d’une opération de secours et d’inspection de l’embarcation que les garde-côtes font leur découverte : selon le personnel médical intervenu sur les lieux, les causes des décès sont la noyade et l’asphyxie. Le navire semble donc avoir pris l’eau, ce qui expliquerait que les réfugiés soient morts noyés et étouffés, par manque d’espace.

 

La tragédie est bien entendu à rapprocher de celle dite de "Lampedusa", qui, le 3 octobre 2013, coûte la vie à 366 migrants clandestins d’origine africaine au large de la Sicile. Un naufrage comme la plus grande catastrophe en Méditerranée depuis le début du XXIème siècle. Pourtant, ce n’est pas faute pour les autorités italiennes d’avoir tenté de prendre le problème à bras le corps : les sauvetages en mer par la marine s’inscrivent désormais dans le cadre de l’opération "Mare Nostrum" (du nom que les romains donnaient à la Méditerranée), lancée par le gouvernement Letta en automne 2013 à la suite du drame de "Lampedusa". Une campagne militaro-humanitaire censée récupérer, au large, les réfugiés qui tentent de rejoindre l’Europe.

 

La problématique "Lampedusa" ne semble pas réglée.

 

Néanmoins, ce sont plus de 60.000 réfugiés qui ont débarqué illégalement sur les côtes italiennes, depuis le début de l’année. De plus, "Mare Nostrum" coûte plusieurs millions d’euros à l’Italie : Matteo Renzi, président du Conseil des ministres italien et demain à la tête de la présidence du Conseil de l’Union européenne, réclame une aide financière européenne. Le chef du gouvernement italien souhaite également que la gestion des immigrés clandestins soit répartie plus justement entre les pays membres de l’Union, notamment ceux du nord. Selon lui, un droit d’asile européen et une politique migratoire commune sont nécessairement, pour canaliser les flux migratoires.

 

 

Le week-end passé, la marine italienne a annoncé être venue au secours de 1654 migrants et réfugiés répartis sur 7 embarcations, bateaux de pêche et canots de fortune. Depuis le début de l’année, ce sont donc plus de 60.000 migrants et réfugiés fuyant les conflits armés qui ont débarqué au sud de l’Italie, selon ces mêmes autorités. En 2011, le nombre de migrants avait atteint les 63.000 en raison des printemps arabes. Certains experts pensent que ce chiffre pourrait être dépassé en 2014 pour atteindre les 100.000 personnes secourues, uniquement dans le canal de Sicile.

 

 

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016