|

Attentat d'Istanbul : le tueur identifié

Pays : Turquie

Tags : attaque, Istanbul, nouvelle année, discothèque, night club

Mercredi, les autorités turques ont identifié le terroriste qui a tué au moins trente-neuf personnes dans une discothèque d'Istanbul la nuit du Nouvel an, selon le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu. L'identité de l'homme, toujours en fuite, n'a pas été révélée. La presse turque avait déjà révélé que ce dernier a combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie. Mardi, les autorités avait diffusé des photos de l'assaillant présumé prises à différentes occasions. L'une le montre au guichet d'un bureau de change à Laleli, un quartier conservateur d'Istanbul, vraisemblablement plusieurs jours avant l'attentat.

Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, l'assaillant présumé (voir la photo ci-contre, diffusée par les autorités turques) est entré en Turquie depuis la Syrie où il a combattu au nom de l'EI, raison pour laquelle il semble avoir "une très bonne maîtrise des armes à feu", indique le quotidien Hürriyet.

La presse turque révèle par ailleurs des détails de l'attaque indiquant que l'assaillant a été entraîné au maniement des armes. D'après Hürriyet et le quotidien Habertürk, il a utilisé des chargeurs doubles pour optimiser le temps de rechargement et visé le haut du corps de ses victimes.

L'assaillant serait arrivé en novembre à Konya (sud) avec sa femme et leurs deux enfants "pour ne pas attirer l'attention". L'épouse de l'assaillant ferait partie des douze personnes actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête, selon le journal.

 

Retour sur les faits : 

A 1h15, le 1er janvier 2017, un homme armé d’un fusil automatique entre dans la discothèque Reina et ouvre le feu sur la foule venue fêter le nouvel an. Selon le ministre de l’intérieur turc, Süleyman Soylu, l’assaillant aurait tué au moins 39 personnes, dont 15 étrangers, et fait 65 blessés.

"Un soldat du califat" auteur de l'attaque

Lundi matin, Daech a publié un communiqué sur les réseaux sociaux affirmant qu'"un des soldats du califat" a mené cette attaque. Dans son communiqué, l'EI accuse la Turquie, un pays peuplé majoritairement de musulmans, de s'être alliée aux chrétiens, alors que l'armée turque poursuit depuis quatre mois une incursion dans le nord de la Syrie dont elle tente de déloger l'EI et des milices kurdes. L'EI a très rarement revendiqué des attentats en Turquie même si le groupe a été montré du doigt à plusieurs reprises par les autorités. Les enquêteurs estiment possible qu'il soit lié à la cellule qui a commis le triple attentat-suicide de l'aéroport d'Istanbul qui avait fait 47 morts en juin et avait été imputé à l'EI, selon le quotidien turc Hürriyet.

La Turquie a été la cible de nombreux attentats attribués au groupe Etat islamique (EI) ou liés à la rébellion séparatiste du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), au cours des années 2015 et 2016. Les autorités turques étaient pourtant sur leurs gardes en cette soirée du nouvel an, et 17 000 policiers avaient été déployés dans Istanbul.

Dernière màj le 4 janvier 2017