|

Irlande – La cocaïne décriminalisée

Pays : Irlande

Tags : Drogues, drogue, trafic de drogues, cocaïne, héroïne, cannabis

Si vendre de la drogue restera interdit dans le pays, en posséder ne sera plus considéré comme un acte criminel

Un « changement culturel radical » en matière de stupéfiants, c’est ce qu’a promis le 2 novembre 2015 le secrétaire d’État irlandais chargé de la stratégie nationale sur la drogue,  Aodhán Ó Ríordáin, lors d’une conférence à la London Schools of Economics. « Je suis convaincu que nous avons besoin de changer la façon dont nous considérons l’abus de ces substances, si nous voulons vraiment combattre l’addiction aux drogues et à l’alcool », a ainsi argumenté le député travailliste. Dans le pays, si vendre de la cocaïne, de l’héroïne ou du cannabis sera toujours considéré comme un délit, la possession de ces produits en petites quantités sera bientôt décriminalisé. Selon l’Irish Times, cette nouvelle législation entrera en vigueur en 2016.

Comme le note Direct Matin, selon Aodhán Ó Ríordáin, la stigmatisation et la honte associées traditionnellement à la consommation de drogue dissuadent les personnes dépendantes et leurs familles d'aller chercher de l'aide. Le but de la décriminalisation est alors de dire : « La substance est illégale, mais en consommer ne fait pas de toi un criminel », a expliqué le secrétaire d’État.

Pas de « libres services » pour les drogués

Le responsable gouvernemental a également annoncé que des salles de shoot allaient ouvrir à Dublin en 2016, avant que le dispositif soit étendu aux villes de Cork, Galway et Limerick. « Chaque ville est différente, chaque population dépendante est différente, donc les besoins seront différents selon les endroits », a-t-il précisé, soulignant que ces salles ne seraient pas des « libres services » pour les drogués. Le plus urgent est, selon les autorités irlandaises, d’ « offrir un cadre sûr pour les injections d’héroïne » et « limiter les risques de contracter le sida et l’hépatite C ».

En juillet 2001, après des années de lutte contre la drogue, le gouvernement portugais avait par exemple changé sa stratégie en décidant de décriminaliser tout un lot de substances jusqu’alors stupéfiantes (cannabis, héroïne, cocaïne, ecstasy ainsi qu’une multitude de médicaments). Et ce modèle de prévention et d’accompagnement semble porter ses fruits : près de quinze ans après sa mise en place, ce système a fait du Portugal le pays d’Europe où l’on compte le moins de drogués.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016