Irak : l’impossible paix

Pays : Irak

Tags : Bagdad, guerre, chantier

Depuis l’intervention américaine en 2003, la guerre en Irak a fait plus de 500 000 morts. Le regard du monde s’est détourné de ce pays qui a pourtant connu en 2013 l’une des années les plus sanglantes (9000 morts) après la guerre civile de 2005.

 

Irak : l'impossible paix (extrait)


L’équipe d’ARTE Reportage raconte le quotidien des habitants de Bagdad confrontés aux dangers des voitures piégées ou des attaques terroristes. Les bombes explosent souvent à l’heure du départ au travail, « l’heure des lâches » disent les Irakiens. 
Qui sont les poseurs de bombes ? Les attaques sont tour à tour attribuées aux milices sunnites, à Al Qaeda ou à l’EIIL, l’Etat Islamique en Irak et au Levant qui occupe les villes de Falloujah et Ramadi à l’ouest du pays. A l’heure de la campagne électorale pour les législatives d’avril, les politiciens s’accusent mutuellement d’être influencés par les pays voisins : Iran, Arabie Saoudite et Qatar.
Paradoxalement, existe un autre visage de l’Irak. Bagdad, c’est aussi l’argent du pétrole et l’émergence de nouveaux hommes d’affaires fortunés qui investissent dans des centaines de chantiers et multiplient les projets. C’est aussi ces courses de voitures sur les bords du Tigre ou encore ce centre commercial flambant neuf, où les jeunes filles viennent rêver devant les vitrines.

 

Samedi 01 mars

18:35

ARTE Reportage

Irak : l’impossible paixBrésil : la tribu InternetSuède : après l'enfer

De Dominique Hennequin et Thierry Simonet et Alain Ries – ARTE GEIE / Nomades – France 2014

 

 

 

 

 

irak.jpg
Revoir notre webdocumentaire

Irak, 10 ans 100 regards

Que sait-on de l’Irak ? Quelles images évoque-t-il en nous ? Un berceau pour l’écriture, de l’or en noir, une guerre en prime-time, un dictateur déchu, puis aujourd’hui, une actualité au flou sanglant. Dans ce webdocumentaire, la voix des irakiens occupe la place centrale grâce à leurs reportages vidéo, leurs photos, leurs interviews. Le but ? Puiser les informations à la source et offrir une vision sans doute moins "occidentalo-centrée" qu’à l’habitude.

Dernière màj le 8 décembre 2016