"Il faudrait créer un tribunal pour juger les crimes contre le patrimoine"

Pays : Monde

Tags : Cheikhmous Ali, Patrimoine, Daech

Question d’actualité à Cheikhmous Ali, directeur de l’Association pour la protection de l’archéologie syrienne.

Comment la communauté internationale peut-elle lutter contre le saccage du patrimoine par Daech? 

 


Au niveau international on peut par exemple aider la direction des antiquités et les associations sur place, pas seulement en les soutenant avec de belles paroles ou quelques stages mais en apportant un soutien réel logistique et financier pour les aider à prendre des mesures. 


Une autre piste possible serait de créer un tribunal international pour juger ces crimes contre le patrimoine, afin que les pilleurs et les acheteurs sachent qu’ils risquent un jugement. Cela pourrait décourager certains acheteurs par exemple d’acquérir des œuvres qui n’ont pas de papiers justifiant leur origine. Même si malheureusement il en va des objets d’art comme de la drogue, c’est un marché noir et il se trouvera toujours des gens pour acheter, mais un tribunal pourrait malgré tout améliorer les choses.  
Et troisièmement il faudrait assouplir les règles internationales et les lois afin de permettre aux acteurs qui travaillent sur ces dossiers  de sauver des objets en péril dans les zones de guerre en les mettant par exemple à l’abri dans des pays neutre. Pour beaucoup de sites c’est déjà trop tard. Le site de Mari par exemple sur l’Euphrate – c’est une ville du troisième millénaire avant notre ère - a été protégé pendant presque deux ans par un groupe de l’armée libre. Mais comme ils n’avaient pas de soutien, ils ont laissé tomber. Ensuite  Daech  a pris le contrôle de cette région, mais si on avait eu des contacts et une action sur place avec les tribus de la région avant cette prise de contrôle peut-être aurait-on  pu sauver ce site qui malheureusement aujourd’hui est la proie des pilleurs.