|

Iana, une femme contre les réseaux

Pays : Roumanie

Tags : prostitution, Réseaux mafieux, Aide aux victimes

Chaque semaine sur le web, VOX POP vous propose d’explorer en profondeur les sujets d’enquête et les portraits de l’émission. Nos journalistes partagent ici les documents sur lesquels ils se sont appuyés pour dresser le portrait de la semaine, ainsi que des articles pour aller plus loin.

Invalid Scald ID.

Cette semaine, portrait de Iana Matei qui a créé l’association Reaching Out pour aider les jeunes filles victimes de trafic d’êtres humains. Non seulement Iana les sort de la rue, mais elle les pousse à dénoncer leur « mac » pour faire tomber des réseaux de trafiquants.

 

Iana Matei est devenue la bête noire des proxénètes et autres trafiquants. En 2010, la Roumaine Iana Matei était élue Européenne de l'année. Une reconnaissance pour celle qui, depuis quinze ans maintenant, vient au secours de jeunes filles mineures victimes des réseaux de proxénétisme. Dans un article intitulé Iana Matei, l'espoir après le trottoir, PressEurop a raconté comment cette psychologue de formation, très impliquée dans divers projets d'aide aux enfants des rues, a créé une association pionnière en Roumanie baptisée Reaching Out. C'était en 1999, ce jour-là, Iana reçoit un appel de la police : « Nous ne savons pas quoi faire de trois poules que nous avons trouvées dans la rue. » Trois jeunes filles de 13-14 ans, gelées, mal habillées et affamées, vendues puis achetées pour faire le trottoir.
Depuis, non seulement Iana sort les filles de la rue et les accueille dans son refuge, mais elle les pousse aussi à dénoncer leur « mac » pour faire tomber les réseaux de trafiquants.

 

« À vendre, Mariana, 15 ans »

Un combat que Iana Matei a raconté dans un livre, intitulé À vendre, Mariana, 15 ans. Elle y dénonce l'inaction de l'Europe face au trafic sexuel. « Nous vivons dans des sociétés prétendument modernes où l'on vend des enfants ! », s'indigne-t-elle. « À l’Est, chez nous, les moyens manquent. La police et la justice sont largement corrompues, et la plupart des gens se disent que ces filles-là l’ont bien cherché. »
En Roumanie, la prostitution forcée est une activité lucrative qui continue à faire des victimes, souvent très jeunes. Déjà en 2012, à Bucarest, une représentante spéciale de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) constatait une augmentation inquiétante de la traite. Depuis qu'il a adhéré à l'Union européenne, le pays est devenu l'un des plus importants « exportateurs » de prostituées en Europe. En France comme ailleurs en Europe, les réseaux roumains de prostitution se sont développés. Ils exploitent des jeunes femmes en déshérence, amenées de Roumanie comme du bétail.

 

Manuel Vicuña

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016