Haut Karabagh : ni guerre, ni paix

Pays : Arménie

Tags : Haut Karabagh, offensive militaire

En 1923, Joseph Staline offre à l’Azerbaïdjan le Karabagh, cette région de montagnes surnommée le « jardin noir ».

Karabakh : ni guerre ni paix

 

Enclave peuplée d’Arméniens en terre azérie, le Karabagh s’embrase à la chute de l’Union soviétique. En 1991, les Arméniens réclament leur indépendance et la région sombre dans la guerre civile.

Depuis 1990 et les débuts des premiers combats, j’ai vécu du côté arménien avec ses hommes qui, bergers et paysans, s’étaient faits soldats pour défendre la terre de leurs ancêtres.

En 1994, le « jardin noir », s’est autoproclamé « République autonome du Karabagh », un pays que personne ne reconnaît. Depuis le cessez-le-feu, la région vit dans une atmosphère improbable, un entre-deux fragile : ni guerre, ni paix.

Alors, en avril dernier, quand l’armée azerbaïdjanaise a relancé l’offensive dans les montagnes du Karabagh, j’ai repris la route pour retrouver mes amis. Dans ma poche, une photo : on y voit trois hommes en armes, Youra, Pavel et Michael. J’avais pris ce cliché il y a vingt-cinq ans. Je suis parti à leur recherche, pour qu’ils racontent l’histoire de ce pays tourmenté au cœur du Caucase. Au bout de la route, je les ai retrouvés, j’ai mangé et parlé avec ceux que j’appelle aujourd’hui « les gardiens du Karabagh ».

 

De Frédéric Tonolli - ARTE GEIE / Sunset Presse – France 2016

A (re)lire