|

Hassen Chalghoumi, l’imam de la modération

Pays : France

Tags : Chalghoumi, Imam

Imam de la mosquée de Drancy, chantre d’un islam modéré et du dialogue avec les juifs, Hassen Chalghoumi, très médiatisé, est régulièrement menacé de mort par des groupuscules islamistes. Il était l'invité d'ARTE Journal, une interview à (re)voir ici : 

Hassen Chalghoumi : l'imam menacé

 

"Imam des lumières", "Imam des Juifs" et on pourrait ajouter "Imam des caméras" : Hassen Chalghoumi est à coup sûr un imam qui fait parler. Si parmi les 4 000 fidèles de sa mosquée, celle de Drancy en Seine-Saint-Denis, certains aimeraient pouvoir prier plus tranquillement, loin de la politique, tous se sentent proches de son islam modéré. 

 

1992

Hassen Chalghoumi entame un périple de quatre ans dans les pays musulmans. 

 

Hassen Chalghoumi a grandi en Tunisie dans une famille religieuse mais libérale. Des trois enfants, il est le seul à avoir choisi l’école coranique, et une fois le bac en poche, il part pour un long périple entre 1992 et 1996 dans les pays musulmans. Turquie, Iran, Syrie, Algérie, Pakistan et surtout l’Inde, dont "l’islam avec l’esprit de Gandhi" le séduit. En 1996, il a 24 ans, il débarque en Seine-Saint-Denis pour rejoindre son frère marié à une Française.

 

 

 

2006

Hassen Chalghoumi décide de participer à la cérémonie anniversaire de la déportation.

 

Chantre de l’ouverture et du dialogue, il travaille à la RATP comme médiateur, chargé de résoudre les conflits. Il anime en même temps un lieu de rencontres et de discussions dans une pizzeria, puis se lance dans le projet de construction d’une mosquée à Drancy. Soutenu par le maire centriste Jean-Christophe Lagarde, il mènera le projet à son terme. Jusque-là son parcours n’embête personne mais en 2006, lorsqu’il décide de participer à la cérémonie anniversaire de la déportation, il retrouve sa maison saccagée. Pas de quoi ébranler le jeune cheikh qui soutiendra plus tard la loi contre la burqa, expliquant que "ce n’est pas une obligation religieuse".

 

Peu à peu, Hassen Chalghoumi est devenu un intervenant très prisé par les médias. En France, mais aussi à l’étranger. Il a été interviewé par la chaîne saoudienne Al-Arabiya, où il a pu exposer sa vision de "l’islam français" à sept millions de téléspectateurs. Problème, pour beaucoup d’observateurs, Hassen Chalghoumi est déconnecté de la communauté musulmane, il manque de crédibilité.

 

2009

Hassen Chalghoumi se rend en Israël mais aussi à Gaza, un voyage qui ne passe pas auprès des groupuscules islamistes.

 

En 2009, il se rend en Israël mais aussi à Gaza, un voyage qui ne passe pas auprès des groupuscules islamistes. Sa mosquée est vandalisée à son retour. Désormais menacé de mort, il écrit "Pour l’islam de France" dans lequel il prône le dialogue avec les juifs, réclame l’interdiction de la polygamie et dénonce la situation des femmes maltraitées au nom de l’islam.

 

Sa femme, elle, est voilée : "Elle l’était quand je l’ai rencontrée mais ma mère, mes sœurs, ma fille de 14 ans, ne sont pas voilées. C’est leur choix." Quant à ses enfants, ils sont scolarisés dans l’enseignement privé catholique.

Dernière màj le 8 décembre 2016