|

Grèce - Une nouvelle loi contre le racisme

Pays : Grèce

Tags : Racisme, Aube Dorée, Législation

Face à la montée du parti néonazi Aube dorée, la Grèce vient de réviser sa législation et d’alourdir les sanctions contre les actes racistes.

Une loi dépassée

Jusqu’à trois ans de prison et 20 000 euros d'amende pour incitation à la haine raciale et à l’homophobie, telle est la peine prévue par la nouvelle loi votée le 9 septembre 2014 au Parlement grec. Cette nouvelle législation punit également la négation de l’Holocauste, des génocides ou d’autres crimes contre l’humanité. Il aura fallu deux ans pour moderniser l’ancienne loi qui datait des années 1970 et qui était jugée insuffisante pour lutter contre des actes racistes dont le nombre n'a cessé d'augmenter ces dernières années. « Les racistes en Grèce brutalisent même les enfants », titrait Die Welt en mai 2013, après l’acte de violence commis par six hommes contre un immigré afghan âgé de 15 ans qu’ils ont défiguré avec un tesson de bouteille. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Plus de 400 plaintes pour attaques racistes ont été enregistrées en 2012. De leur côté, les organisations homosexuelles grecques ont signalé une hausse des agressions homophobes. En août dernier, un couple de jeunes hommes a été violemment frappé à Athènes. C’était le cinquième cas en moins de trois mois.

Lutte contre la haine

Plusieurs des actes xénophobes commis sont liés au parti néonazi Aube dorée dont la direction sera jugée dans les prochains mois pour formation d’une organisation criminelle. Le chef du parti, Nikolaos Michaloliakos, et d’autres cadres d'Aube dorée sont actuellement en détention provisoire. Le parti a fait son entrée au Parlement hellénique lors des élections législatives de 2012 avec 6,9 % des voix et occupe aujourd’hui 18 des 300 sièges.  
Avec la nouvelle législation, le gouvernement grec veut notamment mettre fin aux agissements de ce parti néonazi. Connus pour leurs dérapages racistes (en mai 2013 un député du parti néonazi a été exclu d’une séance parlementaire pour avoir insulté l'Assemblée et pour avoir crié « Heil Hitler »), ses membres se sont, sans surprise, opposés à la nouvelle loi. Ils voient dans cette législation un « complot satanique » et une « insulte pour l’histoire grecque », relate The Guardian.

 

Une loi lacunaire

De leur côté, les associations de défense des droits de l’homme trouvent que la nouvelle loi anti-discrimination ne va pas assez loin. Elles auraient voulu que le nouveau texte intègre un pacte civil pour les couples de même sexe. Cette question sera traitée ultérieurement, a annoncé le ministère grec de la Justice. Depuis 2008, la Grèce reconnaît le PACS comme alternative au mariage, mais celui-ci reste réservé aux couples hétérosexuels. En novembre dernier, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Grèce pour avoir exclu les homosexuels de son pacte de vie commune.

 

Nadine Ayoub

 

Dernière màj le 8 décembre 2016