|

Germán, armé contre le béton

Pays : Espagne

Tags : Protection du littoral, Baie de Gijon, German Ojeda

Cette semaine, Vox Pop est allé à la rencontre de German Ojeda. Au sein d'un collectif d'habitants, cet espagnol se bat pour sauver la dernière plage de la baie de Gijón, menacée par le bétonnage.

Invalid Scald ID.

Dimanche 15 juin

20:10

Vox Pop

Faut-il avoir peur du Traité Transatlantique ?

Chaque semaine sur le web, VOX POP vous propose d’explorer en profondeur les sujets d’enquête et les portraits de l’émission. Nos journalistes partagent ici les documents sur lesquels ils se sont appuyés pour dresser le portrait de la semaine, ainsi que des articles pour aller plus loin.

 

C'est un mouvement citoyen et spontané. Au nord-ouest de l'Espagne, une poignée de voisins a décidé d'unir ses forces pour préserver du bétonnage l'une des dernières plages vierges de la baie de Gijón. Au cours des dernières décennies, à la faveur d'une urbanisation galopante, cette petite ville millénaire de la côte asturienne s'est transformée en vaste cité balnéaire ultra-moderne. Tant et si bien que les habitants de Gijón ont ironiquement rebaptisé leur front de mer  « le mur » en référence aux centaines de buildings qui s'alignent le long du littoral. Mais cette fois, comme German Ojeda, ils sont plusieurs à avoir décidé de dire « stop » au béton.


Un complexe commercial au bord de l'eau

Dans le journal asturien La Nueva España, la journaliste Miriam Suárez raconte comment un petit groupe de voisins s'oppose au projet du promoteur immobilier Astur Promotora de construire un vaste complexe commercial au bord de l'eau. Ce collectif des Amis de la baie de Gijón entend protéger « le dernier grand espace de la baie qui ne soit pas encore pris d'assaut. » Pour ces habitants : « La mairie ménage les intérêts particuliers au lieu de prendre la défense de l'intérêt général. » L'association récemment constituée a demandé à la municipalité de prendre ses responsabilités pour protéger la façade maritime de Gijón. Elle propose également comme alternative au projet immobilier, de sanctuariser la zone et de faire de cette plage verte « un vrai lieu de détente et de loisir » pour les habitants. Des revendications qui se heurtent à la perplexité du promoteur. « Où étaient-ils [les Amis de la baie, ndlr] en 2004, lors des premières discussions autour de ce projet », ironise de son côté Javier Menéndez Barreiro, conseil juridique d'Astur Promotora. De leur côté, les Amis de la baie sont plus que jamais déterminés à remporter leur bras de fer contre le promoteur.


Manuel Vicuña

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016