|

L'Allemagne reconnaît officiellement le génocide arménien

Pays : Allemagne

Tags : Génocide arménien, Génocide, Arménie

Les députés allemands ont voté à une majorité écrasante, jeudi, une résolution reconnaissant le génocide arménien de 1915 et 1916 : un texte vivement décrié par Ankara, partenaire clé de l'Union européenne sur la question de la crise migratoire. A la suite direct de l'adoption de cette résolution, la Turquie rappelle son ambassadeur à Berlin. L'Allemagne devient ainsi le 21ème Etat dans le monde à reconnaître le génocide arménien. Nathalie Daiber était dans l'hémicycle avec deux personnes très concernées :

 

Deutscher Bundestag erkennt den Völkermord an den Armeniern an

En savoir plus

Dans notre dossier sur le génocide arménien, retrouvez une chronologie retraçant les événements de 1915, ainsi qu'une fresque interactive sur Nemesis, l'opération secrète de vengeance des Arméniens.

Les députés allemands ont adopté, jeudi, une résolution reconnaissant le génocide arménien : un texte qui suscite les vives critiques du président turc, Recep Tayyip Erdogan, dans un contexte de relations déjà tendues avec Berlin. La résolution parlementaire intitulée "Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans" a été proposé par les groupes parlementaires de la majorité - les conservateurs de la CDU/CSU et le SPD - ainsi que par celui des Verts, formation de l'opposition.

Le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, "déplore les actes commis par le gouvernement Jeunes-Turcs de l'époque, qui ont conduit à l'extermination quasi-totale des Arméniens". Le Bundestag regrette également "le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l'empire ottoman (...) n'a rien entrepris pour stopper ce crime contre l'Humanité".

L'an dernier, à l'occasion du centenaire de ces évènements, le président allemand Joachim Gauck avait, le premier, utilisé le terme de "génocide" pour qualifier ces massacres perpétrés par les Turcs ottomans, qui ont fait, selon les Arméniens, 1,5 million de victimes entre 1915 et 1917.

Ankara tempête...

Cette résolution intervient en pleine dispute sur l'application d'un accord controversé avec l'Union européenne, porté par Berlin, qui a permis de réduire considérablement l'afflux de migrants en Europe, mais que le président turc Recep Tayyip Eerdogan menace de ne plus appliquer. Ankara récuse le terme de "génocide" et évoque pour sa part une guerre civile en Anatolie, doublée d'une famine, dans laquelle trois cents à cinq cent mille Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

Le chef de l’Etat turc avait, en amont, téléphoné à Angela Merkel pour lui faire part de ses "inquiétudes" et en avait appelé au "bon sens" des Allemands. "Si ce texte est voté et que l'Allemagne tombe dans ce piège (...) cela pourrait détériorer toutes nos relations avec l'Allemagne où vivent trois millions de Turcs et qui est notre alliée dans l'Otan ", avait-il souligné, alors que la chancelière allemande avait annoncé qu’elle ne participerait pas au vote.

 

Le spectacle de la discorde

Faire la paix en musique : c'est le but du projet "Aghet", qui a réuni cette année des musiciens allemands, arméniens et turcs. Ce spectacle, monté à l'occasion du centenaire du génocide, a suscité l'ire de la Turquie... Mais l'Orchestre symphonique de Dresde ne s'est pas laissé intimider.

...mais se refuse à aller trop loin

Avec l'adoption de cette résolution, l'Allemagne devait s'attendre à une réaction diplomatique d'Ankara : dans un même mouvement, la Turquie a rappellé son ambassadeur à Berlin. L'Etat turc avait déjà fait de même, en signe de protestation, avec ses ambassadeurs en Autriche, au Brésil et au Luxembourg, lorsque ces pays avaient reconnu le génocide arménien. Des mesures qui n'avaient été que temporaires : leurs relations sont ensuite redevenues normales. Des conséquences plus graves sont-elles possibles ? 

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a souligné mercredi que le vote de ce texte aurait un "impact défavorable" sur les relations entre les deux pays, mais que les dégâts seraient limités. Selon lui, l'accord UE-Turquie de mars sur les réfuigés, négocié directement par Angela Merkel avec la Turquie, ne devrait ainsi pas être remis en cause. De son côté, le président arménien Serge Sarkissian avait exhorté les députés allemands à ne pas céder aux pressions d'Ankara. "Ce ne serait pas juste de ne pas nommer génocide le génocide des Arméniens uniquement parce que cela met en colère le chef d'Etat d'un autre pays", avait-il déclaré dans le quotidien Bild.

Qu'est-ce qu'un génocide ?

Le massacre de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale a poussé l'ONU à adopter la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide en 1948. Avec cet outil juridique, l'organisation internationale espérait empêcher les génocides et pouvoir en punir les auteurs. Mais la définition d'un génocide reste encore floue et sujette à controverses. Selon la convention de l'ONU, un génocide est "commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux". Cette définition englobe également l'entrave des naissances, ainsi que le transfert forcé d'enfants d'un groupe à un autre. Les auteurs de génocides bataillent souvent pour éviter leur reconnaissance car, à la différence d'un "massacre", le terme de "génocide" met l'accent sur le caractère planifié et organisé de leurs actes. Parmi les pires atrocités depuis la Shoah figurent le génocide tutsi au Rwanda (1994) et le génocide de Srebrenica, en Bosnie (1995).

Quels pays européens reconnaissent le génocide arménien ?

Vingt pays dans le monde et quinze Etats européens dont la France, la Russie et la Suède - et, plus récemment, l'Autriche - avaient déjà reconnu les massacres d'Arméniens en 1915 comme un génocide. Le Parlement européen a voté en 1987 une résolution reconnaissant le génocide arménien. L'an dernier, le pape François a affirmé que les Arméniens avaient été victimes du "premier génocide du XXème siècle".

 

Dernière màj le 17 juin 2016