|

France - SoNantes, la monnaie nantaise

Pays : France

Tags : SoNantes, monnaie locale

En attendant le lancement de la future monnaie alternative de Nantes, particuliers et professionnels peuvent déjà ouvrir un compte sur sonantes.fr. Imaginé par la municipalité, cet argent virtuel a pour objectif de booster les échanges locaux. 

 

LE BOOM DES MONNAIES PARALLÈLES EN EUROPE

En Allemagne, il existe vingt-cinq monnaies locales comme, par exemple, le chiemgauer en Bavière.
En France, une trentaine de monnaies circulent dans le pays comme l’eusko au Pays basque, les abeilles à Villeneuve-sur-Lot, la muse à Angers.
En Italie, de nombreuses villes ont décidé de miser sur la relocalisation de l’économie face à la crise, comme Filettino, qui a créé le fiorito en août 2011.
Au Royaume-Uni et plus précisément dans la ville de Bristol,  la monnaie locale la plus importante est le Bristol Pound et même le maire de la ville est rémunéré dans cette devise.

À Nantes, une nouvelle monnaie locale va faire son apparition. Son nom : la SoNantes (SoN). Depuis la mi-mars, entreprises, associations, particuliers et commerçants peuvent ouvrir un compte dans cette devise auprès de la SoNao, une filiale créée spécialement par le Crédit municipal de la ville. Lancée officiellement le 28 avril 2015, cette monnaie virtuelle (ni billets, ni pièces) a été pensée en 2006 par Jean-Marc Ayrault, alors maire de l'agglomération, pour dynamiser l'économie locale.

Inscrite dans l’économie, la nouvelle monnaie complète l’euro tout en créant un espace autonome hors du système financier, sans aucune spéculation possible. •Chaque échange en sonantes permettra aux professionnels d'économiser des euros pour leur trésorerie.

Le projet a mis plusieurs années à aboutir. Il a notamment dû obtenir l'approbation de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui dépend de la Banque de France. Cette instance veille à ce que les nouvelles monnaies ne se transforment pas en systèmes de factures fictives entre entreprises.

 

Refaire vivre l’économie

Pour la municipalité, l'idée est de faire circuler l'argent sur tout le territoire nantais, aussi vite que possible, afin de renforcer les liens entre les acteurs locaux. La mairie mise sur une modification des comportements : les entreprises se connaitront mieux et s’apprécieront, renforçant ainsi leurs affaires face à la conjoncture actuelle.

Mais ceux qui comptent sur les sonantes pour devenir riche vont être déçus. La monnaie ne rapporte aucun intérêt. La ville de Nantes s’inspire de la devise alternative suisse, le wir, créée en 1934 en pleine crise des années trente. Cet argent, réservé aux PME, a prouvé depuis son efficacité. « La monnaie circulerait trois fois plus rapidement que le franc suisse », déclare Jacques Stern, directeur du Crédit municipal de Nantes.

 

Comment ça marche ?

Pour les particuliers, il suffit de convertir des euros en sonantes (un euro est égal à une sonantes) depuis un compte bancaire classique. Le nouvel utilisateur reçoit alors une carte à son nom. Elle lui permettra d'effectuer directement des achats dans la monnaie nantaise dans des commerces ou des services publics. Grâce aux sonantes, il sera possible de réaliser des paiements par virement bancaire ou via SMS. Pour l’heure, l'objectif pour la municipalité est d'atteindre 3 000 entreprises et 3 000 citoyens utilisateurs, « d'ici quatre à cinq ans ».

 

Céline Peschard

 

Dernière màj le 8 décembre 2016