|

France / Allemagne : étrangers, bienvenus ?

Pays : Allemagne

Tags : Réfugiés, Valls

Au lendemain d’un discours plein de sollicitude et de bonnes intentions vis-à-vis des personnes qui viennent chercher refuge en Europe, le Premier ministre Manuel Valls s’est rendu à Calais. Le gouvernement français serait-il prêt à changer de ton et d’attitude et engager une politique d’accueil des demandeurs d’asile digne de ce nom ? En la matière, l’Allemagne, consciente de la nécessité d’accueillir les étrangers, a déjà ouvert la voie.

Sur l'amélioration de l'accueil des migrants, il n'y a rien du tout dans le discours de Manuel Valls.

Jean-François Corty, responsable de Médecins du Monde

La visite groupée ce matin du Premier ministre français, accompagné de son ministre de l'Intérieur et de son secrétaire d'État aux Affaires européennes et deux membres de la Commission européenne, se voulait hautement symbolique : la France et l’Europe veulent et vont s’occuper, main dans la main, des réfugiés. Manuel Valls et Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne ont donné une conférence de presse conjointe et repris en cœur le refrain le plus entendu sur les scènes politiques européennes ces derniers mois : solidarité, unité, humanité… et fermeté.

Gage de leurs bonnes intentions, les deux responsables politiques ont annoncé qu’un nouveau campement humanitaire d’une capacité de 1 500 personnes sera installé à Calais d’ici 2016. Bruxelles versera cinq millions d’euros à la France pour l’aider sur ce chantier mais aussi pour renforcer la prise en charge des demandes d’asile en augmentation constante. 

Bien qu’ayant insisté sur le fait que "ceux qui sont persécutés dans leurs pays, exposés à la torture et opprimés doivent être accueillis en Europe", Manuel Valls ne s’est pas pour autant risqué sur l’engagement que la France prendra ou pourrait prendre pour ces personnes en détresse et n’a présenté aucune mesure concrète en ce sens. Un des responsables de Médecins du Monde, Jean-François Corty, s’est dit "choqué" de ce qu’il qualifie de "mesurettes". "Sur le retour volontaire, l'amélioration de l'accueil des migrants, il n'y a rien du tout, rien sur la protection des besoins vitaux des migrants, alors qu'il faut répondre à l'urgence médico-sociale", a-t-il jugé. 

 

Si l’Europe échoue dans la crise des réfugiés, le lien avec les droits civils universels sera rompu.

Angela Merkel - 31/08/2015

L’Allemagne cultive la bienvenue

L’Allemagne, elle, a décidé de joindre la parole aux actes. Avec sa démographie déclinante, l’Allemagne sait que l’immigration peut être une chance et veut transformer en atout ce qui pourrait être un problème. Confronté à un afflux considérable de réfugiés – selon les chiffres officiels il devrait y avoir 800 000 demandeurs d’asile en 2015 – le gouvernement Merkel a fait le choix d’une politique d’ouverture et semble vouloir montrer l’exemple. La semaine dernière, il a annoncé qu’aucun réfugié syrien arrivé sur le sol allemand ne sera plus renvoyé dans le pays par lequel il est entré en Europe.

La chancelière allemande affirmait ce matin "Si l’Europe échoue dans la crise des réfugiés, ce lien avec les droits civils universels sera rompu, il sera détruit et ce ne sera pas l’Europe que nous nous représentons, ce ne sera plus l’Europe dont nous devons aujourd’hui développer le mythe fondateur"

Malgré les très violents incidents perpétrés sporadiquement à l’encontre des foyers d’accueil pour étrangers et les manifestations racistes régulièrement organisées dans certaines régions de l’est de l’Allemagne, la société civile affiche elle aussi une grande solidarité avec les demandeurs d’asile. Les initiatives se multiplient pour contrer les incidents xénophobes et montrer que l’Allemagne est une terre d’accueil.

Bild, l’un des quotidiens les plus populaires Outre-Rhin a ainsi lancé une opération d’aide en faveur des réfugiés pour "montrer que les braillards et les xénophobes ne gueulent pas en notre nom". Dans la même veine, la marque d’un célèbre bonbon rafraîchissant a sorti sur le marché allemand un nouveau parfum pour ses pastilles : le parfum Tolérance. 

Même dans les tribunes des stades de foot, on a pu voir des supporters déployer des banderoles où était inscrit "Bienvenus aux réfugiés". Sur les réseaux sociaux, une campagne invite tout le monde à exprimer ouvertement son soutien à ceux qui cherchent refuge en Allemagne.

De nombreuses célébrités se mobilisent aussi. Ainsi, le 4 octobre prochain plusieurs personnalités de la scène rock allemande donneront un concert devant le parlement allemand pour "dire non à la haine"

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016