Presque partout en Europe, la natalité baisse plus vite que les taux d’intérêt des banques. Pourquoi tant d’Européens ne souhaitent-ils plus avoir d’enfants ?

Invalid Scald ID.

Samedi 28 juin

14:00

Yourope

Faites des bébés !

Pas étonnant que les Européens soient de moins en moins nombreux. À quoi cela tient-il ? Les raisons sont-elles partout les mêmes, ou est-ce que chaque pays a ses propres freins à la fécondité ? Une chose est sûre : la natalité baisse dans la plupart des pays d’Europe. Mis à part en Irlande, qui a battu en 2009 un record de naissances vieux de 118 ans, avec la venue au monde de 75 552 bébés !

 

Invalid Scald ID.

Allaiter ou ne pas allaiter : les Françaises s’interrogent

 

allaitement.jpg

En France, alors que la plupart des femmes cessent d’allaiter leurs enfants à six mois, les membres de la « Leche League » (la « Ligue du Lait ») leur donnent le sein bien plus longtemps.

 

milk.jpg

A l’exception irlandaise, il faut ajouter celle de la France, pays résolument nataliste où fleurissent les crèches qui permettent aux femmes d’allier carrière et enfants.

C’est l’image que l’Allemagne se fait de la Française moderne émancipée : une femme disponible pour son bébé, mais qui retourne travailler dès qu’il est sevré. Dans l’Hexagone, plus de 60 % des mères de famille qui ont des enfants de moins de six ans travaillent à temps plein. Outre-Rhin, elles ne sont que 12 %.

 

Les femmes commencent à se demander s’il est vraiment judicieux de jouer les superwomen en menant de front carrière et vie de famille. Pour celles qui décident d’être mamans à plein temps ne serait-ce qu’un an, leur image en prend un coup.

 

Allemagne : sage-femme, un métier sans avenir ?

 

sage_femme.jpg

 

Un enfant, ça se prépare

En Allemagne, on fait tout pour rendre la vie encore plus difficile aux rares femmes qui veulent encore enfanter. Le pays a réputation d’être kinderfeindlich (hostile aux enfants) : certains cafés se vantent d’avoir des zones « sans-enfants »,; dans les trains, les contrôleurs sont autorisés à faire descendre les mères de famille et leur(s) enfants(s) si elles placent leur poussette à un endroit gênant. Le comble, c’est qu’on rend la vie dure à celles qui aident les enfants à venir au monde, les sages-femmes. Avec leur maigre salaire, elles doivent encore financer elles-mêmes une assurance responsabilité civile qui coûte de plus en plus cher. Responsables politiques, associations, sociétés d’assurance et caisses maladie se refilent pour ainsi dire le bébé.

 

La nouvelle loi espagnole sur l’avortement – la machine à remonter le temps

 

avortement.jpg

 

« Yo decido! » – « C’est moi qui décide ! », l’actuel mot d’ordre des Espagnoles.

En Espagne non plus, plus personne ou presque n’a un désir d’enfant, mais c’est sans rapport avec le souhait d’épanouissement personnel, l’envie de voyager ou toutes les raisons invoquées par les Européens du Nord pour ne pas procréer. Ayant du mal à imaginer un avenir à trois, les parents potentiels préfèrent avorter. Au grand dam du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, qui entend verrouiller l’actuelle loi sur l’avortement. Nombreuses sont les femmes qui refusent cette machine à remonter le temps. Elles descendent par milliers dans la rue.

 

La procréation tardive en Grande-Bretagne : les « late-single-mums »

Outre-Manche, les pratiques sont beaucoup plus libérales, et pas seulement en matière d’avortement. Là-bas, aucun problème pour les femmes seules de faire le choix d’une PMA. Personne ne leur demande s’il existe un père biologique. Et dans bien des cas, le dispositif mis en place pour permettre aux couples de lesbiennes de fonder une famille profite aux femmes célibataires désireuses d’avoir un enfant, mais pas forcément un mari.

 

bank_sperm.jpg

 

Congeler ses ovocytes et procréer à 50 ans

La méthode appelée auto-congélation ou « social freezing » va encore plus loin : dans ses jeunes années, les plus fécondes, une femme se fait prélever des ovocytes, les fait congeler et passe à autre chose. 10 à 15 ans plus tard,  et après une carrière déjà bien engagée, elle pense à la grossesse et se les fait implanter.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016