Ethiopie : la "sécheresse verte"

ARTE Reportage - samedi, 4 juin, 2016 - 18:35

Pays : Éthiopie

Tags : sécheress, famine

Depuis fin 2015, l’Ethiopie fait face à sa « pire sécheresse depuis cinquante ans », selon les Nations-Unies. Elle est en partie causée par le phénomène météorologique El Nino, qui frappe toute l’Afrique de l’Est.

 

Ethiopie, sécheresse l'appel à l'aide

Interview

Interview de Michael Unger

Si de récentes pluies ont reverdi l'herbe dans certaines régions, rien ne pousse pour autantC'est ce que les habitants appellent la "sécheresse verte". L'herbe est une illusion car l'eau est rare.

La région de l’Afar, où résident essentiellement des nomades vivant de l’élevage, est la plus touchée. Les habitants manquent d’eau, de nourriture et de pâturages pour leurs troupeaux. Dans les autres régions agricoles, les paysans ont fait de très mauvaises récoltes, voire pas de récoltes du tout.

Aujourd’hui, près de 10 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence. Elles pourraient être 18 millions dans les prochains mois selon l’Unicef, soit un Ethiopien sur cinq.

 

De Michael Unger, Eric Bergeron et Florence Touly - ARTE GEIE – France 2016

 

Éthiopie : un pays à bout de souffle

Le changement climatique, une explosion démographique sans précédent et une gestion désastreuse de la crise alimentaire par l‘État sont autant de plaies qui risque de plonger l’Éthiopie dans une véritable crise humanitaire. Plus de 200.000 personnes vivent sans abri et dans la pauvreté extrême, et plus de 10 millions d’entre elles dépendent directement de l’aide alimentaire fournie par la communauté internationale. Surmonter cette crise coûterait au bas mot 1,2 milliards d’euros. A ce jour, les promesses de dons ne s’élèvent qu’à la moitié.

Johan Heffinck

Les régions des plaines orientales, la région Somali, l’Afar, l’Amhara et l’Harar sont les plus touchées par les catastrophes climatiques. Lorsque les pluies se font rares ou disparaissent, l’agriculture traditionnelle exercée par les nomades n’est plus possible. Dans ces régions, l’aide alimentaire a été multipliée par trois au cours des neuf derniers mois. Mettre à la disposition des personnes concernées suffisamment de nourriture est une course contre la montre. Dans certains villages, les habitants rapportent que beaucoup de personnes âgées et des enfants sont morts de faim. Mais le gouvernement éthiopien récuse ces affirmations :

Ato Mitiku Kassa

Depuis la capitale Addis Abeba, le premier ministre éthiopien Haile Mariam Dessalegn a publiquement demandé l’aide de la communauté internationale. Un premier pas pour un gouvernement autoritaire et passablement agacé par l’image du pays que véhiculent les journalistes focalisés par la sécheresse et la crise alimentaire. Obtenir un visa n’était pas simple non plus pour notre équipe d’ARTE Reportage. A l’heure où l’Éthiopie tente plutôt de redorer son blason économique, évoquer la sécheresse n’est pas particulièrement apprécié par le régime d’Addis Abeba.  

 

Michael Unger

 

(trad. Christophe Huber)

 

Dernière màj le 3 octobre 2016