|

Espagne - Comment l'Église s'est accaparé la mosquée de Cordoue

Pays : Espagne

Tags : Religion, Mosquée, Eglise, Franquisme

L'Église catholique a acquis la mosquée-cathédrale de Cordoue dans le plus grand secret et pour une somme dérisoire. Politiques et citoyens s'inquiètent de voir ce joyau de la culture arabo-andalouse amputé de son passé musulman.  

C'est l’un des joyaux de la culture arabo-andalouse, un monument historique qui attire chaque année plus d'un million de visiteurs. Longtemps, les Espagnols ont cru que la mosquée-cathédrale de Cordoue était la propriété de l'État. Jusqu'à ce que récemment, plusieurs historiens démontrent que l’épiscopat l’avait acquise en 2006, dans le plus grand secret... et pour 30 euros. Profitant d’une ancienne législation franquiste datant de 1946, l'Église

30€

Prix d'achat de la mosquée-cathédrale de Cordoue par l'Eglise espagnole

 

espagnole s'est ainsi attribué des milliers de biens immobiliers dont la propriété était jusqu'alors ambiguë ou non établie. Au total, environ 4 500 biens sont ainsi passés sous administration catholique, selon El Pais

« Bienvenue dans cette sainte église »

 À Cordoue, un collectif de citoyens baptisé Patrimonio de tod@s s’est formé depuis le début de l’année pour dénoncer cette appropriation de la mosquée-cathédrale par l'Église catholique. À travers une pétition en ligne, il a déjà réuni quelque 373 343 signatures. Ces citoyens déplorent que plus de cinq siècles d’histoire maure soient ainsi passés sous silence. Sur le site Internet du monument, entre les brochures et les billets d'entrée, on peut lire : « Bienvenue dans cette sainte église cathédrale ». Nulle mention du passé musulman de celle qu'on appelle communément à Cordoue « la Mezquita » (la mosquée). L'édifice, classé au patrimoine de l'humanité en 1984 par l'Unesco, est pourtant l'un des symboles de la coexistence harmonieuse des cultures islamique et chrétienne. Ancien temple romain, devenu église puis mosquée, dans laquelle fut ensuite érigée une cathédrale, la Mezquita aura été du VIIIe au XVe la plus grande mosquée de l'Occident musulman.

« Intouchable »

Face à la polémique, les deux grands partis de gauche (Izquierda Unida et Partido Socialista Obrero Español) viennent d'approuver au sein du Parlement régional d’Andalousie une motion affirmant que les évêques ont agi « de manière inconsidérée ». De son côté, le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, a présenté il y a quelques mois un avant-projet de loi visant à mettre fin à la législation de l’ère franquiste ayant conduit à ce type d'appropriation par l'Église. Mais pour l’historien Antonio Manuel, « l’ennui, c’est que l’énorme patrimoine accaparé jusqu’à aujourd’hui demeurera intouchable ». Quant au diocèse de Cordoue, il assure « n’avoir jamais remis en cause la propriété ni la gestion du temple ».

 

Céline Peschard

 

Dernière màj le 8 décembre 2016