|

En Inde, la révolte de Bollywood face à la censure

Pays : Inde

Tags : Cinéma, Bollywood, Censure

Avec plusieurs milliards d'euros de recettes par an et 3 milliards de tickets de cinéma vendus, l'Inde est la plus grande industrie cinématographique de la planète, dans la plus grande démocratie du monde. Pourtant la censure des films y est omniprésente et la liberté de création fortement contrôlée par des autorités qui s'inquiètent de l'influence que les films pourraient avoir sur le fragile équilibre culturel et religieux de ce pays immense.

Ces dernières semaines, le tout puissant bureau de la censure ou CBFC (Comité  National de Certification  des Films) a tenté de faire interdire la sortie du film Udta Punjab, qui illustre le trafic de drogues dans l'Etat nord indien du Pendjab. Une polémique est née et a révélé le fossé qui existe entre deux visions du cinéma indien. D'un côté les conservateurs du bureau de la censure, de l'autre l'ensemble de l'industrie du cinéma qui fait front derrière le producteur Anurag Kashyap obligé par les autorités à des centaines de coupes, interdit de montrer des jeunes qui disent des gros mots ou encore des images de personnes se droguant à l'héroïne. Plus étonnant, le directeur du bureau de la censure a interdit toute référence au Pendjab ou aux politiciens locaux. Le monde du cinéma dénonce une interférence politique "inadmissible en démocratie". Anurag Kashyap a même comparé la censure à une autorité "nord-coréenne". Egérie du cinéma indien, habitué du festival de Cannes, nous avons suivi Anurag Kashyap à Bombay, la ville de Bollywood, le 17 juin, jour de la sortie du film Udta Punjab en pleine polémique.

En Inde, la révolte de Bollywood face à la censure
En Inde, la révolte de Bollywood face à la censure En Inde le bureau de la censure a tenté de faire interdire un film illustrant le trafic de drogues au Pendjab. En Inde, la révolte de Bollywood face à la censure

 

Dernière màj le 24 juin 2016