|

Élections allemandes : demandez le programme !

Pays : Allemagne

Tags : élections législatives, Angela Merkel, Martin Schulz, Bundestagswahl, Bundestag

Trois mois après les élections législatives françaises, c’est au tour des Allemands d’élire les députés qui composeront leur Parlement, le Bundestag. Le scrutin du 24 septembre sera d’autant plus crucial qu’il aura un impact direct sur le choix du prochain chancelier : en Allemagne, c’est le Bundestag qui élit le chef du gouvernement. Qui sont les candidats à ces élections, et que proposent-ils ? ARTE Info résume pour vous les grands axes de leurs programmes.

Qui sont les candidats ?

L’éternelle "Mutti" ?

Cela fait presque douze ans qu'Angela Merkel tient les rênes du pays. La candidate de la CDU/CSU (l'alliance des deux partis chrétiens démocrates majoritaires), vise un quatrième mandat. 

merkel

Sur le plan économique, son bilan semble inattaquable. Avec un taux de chômage à 5,6% et une croissance stable, le pays se porte bien. Sa vaste politique d'accueil des réfugiés en 2015 lui a valu de nombreuses critiques, notamment sur sa droite, mais elle reste un marqueur fort du "style" Merkel.

À noter toutefois que la cote de popularité de la chancelière a connu une forte baisse en août 2017, confirmée par un nouveau sondage le 4 septembre par l'institut INSA : seuls 47% des Allemands se sont dits satisfaits de son action, soit une baisse de douze points par rapport au mois de juillet. Les intentions de vote pour l'alliance de l'actuelle chancelière restent néanmoins en tête, avec 36,5% des voix.

"Mutti" : surnom affectueux attribué à Angela Merkel, diminutif de "maman" en allemand.  

Le challenger Schulz
shulz

Martin Schulz est le principal rival d’Angela Merkel. Son parcours n'a rien de commun avec celui d’une élite politique. Après avoir quitté l'école sans baccalauréat, il rêve d’une carrière professionnelle dans le football, mais une blessure au genou met fin à ses ambitions sportives et le précipite dans l'alcoolisme. Il entre en politique par la petite porte, en gravissant progressivement les échelons au sein du SPD. À 31 ans, il est élu maire d’une petite ville de Rhénanie-Westphalie.

Sa longue carrière au Parlement européen, où il entre en 1994 et dont il devient président en 2012, lui confère une solide stature européenne. En revanche, son visage est nouveau dans le paysage politique allemand : il n'a jamais occupé de fonction gouvernementale. Incarnera-t-il un renouveau ? Si le début de sa campagne avait soulevé beaucoup d’enthousiasme, elle semble désormais s'essouffler. Début septembre, il était crédité de 23,5% des intentions de vote.

Alexander Gauland et Alice Weidel, Alternative pour l’Allemagne (AfD)
afd

Alexander Gauland, ancien juriste et journaliste, a commencé sa carrière politique au sein de la CDU/CSU. En 2012, il est l'un des membres fondateurs du parti d’extrême-droite nationaliste Alternative pour l’Allemagne. Profondément hostile à l’immigration, il a été plusieurs fois taxé de racisme pour des propos controversés, notamment à propos du footballeur Jérôme Baoteng.

Alice Weidel a travaillé dans le monde des affaires (Goldman Sachs, Allianz), avant d’entrer à l’AfD en 2013. Fermement opposée à la politique d’accueil des réfugiés d'Angela Merkel, elle plaide pour une "Europe forteresse".

L’AfD a réalisé une poussée importante aux élections régionales de mars 2016. Début septembre, le parti d'extrême-droite a enregistré une hausse des intentions de vote, passant de 9% à 10,5% d’intentions de vote, coiffant même le parti d'extrême gauche "Die Linke", selon un sondage INSA.

 
Sahra Wagenknecht et Dietmar Bartsch, parti "Die Linke"
 
dielinke

La première, Sahra Wagenknecht, est une figure de la gauche anticapitaliste allemande, docteure en sciences économiques. Le second, Dietmar Bartsch, a fait toute sa carrière au sein de l’aile radicale allemande : dès 1977, il entre au PDS, qui deviendra plus tard Die Linke. Tous deux co-président le parti depuis 2015.

Die Linke était crédité début septembre de 10% des intentions de vote par le sondage INSA.

 
Christian Lindner, Parti libéral démocrate (FDP)
 
lindner

Le Parti-libéral démocrate allemand (FDP), créé en 1948, se caractérise par des positions libérales au sens économique du terme : il s'agit d’un "parti de cadres", qui défend avant tout le libre-échange. Le FDP a longtemps été le partenaire favori de la CDU pour les coalitions.

Christian Lindner, son actuel président, entend faire renaître le parti. Fondateur d'une agence de publicité à l’âge de 18 ans, il a travaillé plusieurs années dans le secteur privé en parallèle de son ascension politique. L'homme, qui apprécie être comparé à Emmanuel Macron, a récemment été critiqué par la presse pour ses positions jugées pro-russes. Il prône un assouplissement des sanctions contre Moscou et affirme que la situation en Crimée est "une solution provisoire durable". Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir Angela Merkel : la chancelière a rappelé que l’annexion de la Crimée était "une violation du droit international".  Malgré des désaccords entre Merkel et Lindner, une coalition serait tout à fait envisageable entre leurs deux partis. Le FDP était crédité début septembre de 8,5% des voix.

Katrin Göring-Eckhardt et Cem Özdemir, Alliance 90/Les Verts
 
90-grune

Ce n'est pas la première fois que Katrin Göring-Eckhardt est candidate aux législatives. En 2013, alors qu’elle représentait les Verts aux élections, ils engrangent 8,3% des voix, soit un recul de plus de deux points. Ce revers a conduit l’écologiste à démissionner de la présidence du parti, qu'on lui confie de nouveau le mois suivant. Elle incarne l’aile "modérée" du parti écologiste.

Cem Özdemir est l’un des premiers parlementaires allemands d’origine turque. Il obtient la nationalité allemande à l’âge de 16 ans. Lorsqu’il entre au Bundestag en 1994, il est d'abord porte-parole des Verts sur les sujets liés à l’immigration. Le parti Alliance 90/Les Verts est susceptible de gouverner au sein d'une coalition avec le parti qui sera majoritaire. Début septembre, ils étaient crédités de 6,5% des intentions de vote.

 

Que proposent les différents partis ? 

 

 

 

Dernière màj le 26 septembre 2017