|

Dette grecque : 320 milliards à rembourser sur quarante années

Pays : Grèce

Tags : dette, Crise économique, union européenne, FMI

Mardi, la Grèce a obtenu de ses créanciers la prolongation, jusqu’à la fin du mois de juin, du plan d’aide qui la maintient à flot. Les ministres des Finances de la zone euro ont donné leur feu vert après avoir validé une liste de réformes que le gouvernement d'Alexis Tsipras s’est engagé, en échange, à mener. Reste que le chemin des remboursements s'annonce long, très long, pour Athènes.

Le chiffre est astronomique. Le Fonds monétaire international, organisme chargé d'assurer la stabilité financière au niveau mondial, évalue la dette publique de la Grèce à 320 milliards d'euros. En 2005, celle-ci s'élevait à 195 milliards d'euros, soit un bond de 61% en une décennie. La dette représente environ 175% du produit intérieur brut du pays - un record à l’échelle européenne. A titre de comparaison, elle se monte à 132% du PIB en Italie et 129% au Portugal (qui complètent ce "podium des mauvais élèves"), 93% en France et 78% en Allemagne.

Premier créancier de la Grèce, le Fonds européen de stabilité financière détient à ce jour près de la moitié de la dette grecque. Constitué en 2010 pour aider les Etats de la zone euro en difficulté, il a prêté à ce jour 144 milliards d’euros à la Grèce, en plusieurs tranches. Cet argent a été levé pour partie sur le marché, mais les pays de la zone euro ont apporté des garanties proportionnelles au poids de leur économie. L’Allemagne a ainsi aligné 41,3 milliards d’euros et la France 31 milliards. Premières puissances économiques de l'Union, ces deux-là avaient déjà déboursé respectivement 15 et 11 milliards d’euros lors d’un premier plan d’aide au pays. Au total, les dix-neuf nations de la zone euro ont déjà versé près de 53 milliards d’euros, sous forme de prêts bilatéraux.

A lire aussi

Sauvetage de la Grèce : "On aurait cru à une partie de poker" - Entretien avec l'eurodéputé conservateur allemand Jens Giseke.

La Banque centrale européenne, qui gère la monnaie unique et veille à la stabilité des prix au sein de l'UE, a acheté des obligations grecques dès 2010 et détient aujourd'hui un peu plus de 27 milliards d’euros de dette grecque. Le Fonds monétaire international en possède quant à lui 36 milliards. Le reste de la dette est détenu par différents acteurs du marché, essentiellement des banques.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016