|

Départementales : la parité n'empêche pas l'inégalité

Pays : France

Tags : parité, égalité, hommes, Femmes

Un nouveau mode de scrutin introduit cette année a obligé les candidats aux départementales à se présenter en binômes mixtes. Résultat, la parité homme-femme est désormais scrupuleusement équilibrée dans toutes les assemblées départementales de l’hexagone. Avant cette nouvelle donne, il est bon de se rappeler que les femmes n’avaient obtenu que  13,9% des sièges lors des dernières élections de 2011. Mais cette petite révolution, forcément bienvenue, se dessine en trompe l’œil : les postes de présidents de département restent trustés par les hommes dans une écrasante majorité.

A l’issue du fameux "troisième tour" des départementales qui consiste à élire les présidents de département, l’illusion de la parité absolue a pris du plomb dans l’aile. A l'arrivée, moins d’un président sur dix est une présidente : sur les 101 départements 8 seulement ont confié les rênes de leur assemblée à une main féminine.

 

Sur la touche faute d'expérience ?

Malgré les efforts du législateur, le pouvoir reste donc avant tout une affaire d’hommes. Mais que la gent féminine n’y voit aucun réflexe machiste, la raison est toute autre avance-t-on au sein des instances -majoritairement masculines- des principaux partis politiques. Les femmes paieraient leur relative inexpérience à ce niveau politique et on ne saurait confier un département à un novice… Qui plus est s’il s’agit d’une novice. Patience donc mesdames, l’avenir de la politique départementale vous est acquis comprend-on en filigrane.

 

Des assemblées paritaires dirigée par des hommes

Le hic, c’est que l’expérience tirée des élections municipales et régionales où la parité est obligatoire depuis plusieurs mandats semble prouver tout l’inverse. Les femmes, même expérimentées en politique, y reste largement sous-représentées aux plus hautes responsabilités. Dans les villes de plus de 1 000 habitants par exemple dont les conseils municipaux sont féminins à 48,2%, on ne compte que 12,9% de femmes installées dans le fauteuil de maire. L’hégémonie masculine est plus flagrante encore à la tête des 22 régions françaises où l’on trouve 21 hommes pour seulement une femme.

 

​"La femme n'est pas un homme politique comme un autre"

Réjane Senac - 02/04/2015

 

Réjane Senac est chercheuse au CNRS-Cevipof et présidente de la commission Parité au Haut conseil à l'égalité femmes-hommes. Elle décrypte pour nous les conséquences de l'obligation de parité dans les assemblées départementales et revient sur la persistante difficulté pour les femmes d'accéder aux responsabilités : 

 

 

Interview de Réjane Senac

 
 
Dernière màj le 8 décembre 2016