|

Décès de Siné : “Et Banzaï malgré tout !”

Pays : France

Tags : Charlie Hebdo, Siné, Caricature, décès, hommage

Connu pour ses dessins au vitriol, le dessinateur, figure historique de Charlie Hebdo, est mort jeudi des suites d’une opération du poumon. Sur les réseaux sociaux, les hommages se multiplient pour saluer cet ennemi de l'"horripilant politiquement correct". En 2009, ARTE l'avait rencontré. Portrait d'un "porte-parole des emmerdés". 

A écouter aussi sur ARTE Radio : "Siné bande encore"

Hommage à Siné

 

Salut l'artiste et longue vie à sa plume !” Sur les réseaux sociaux, les hommages pleuvent depuis l’annonce jeudi matin de la mort du dessinateur Maurice Sinet. Le caricaturiste à la plume aiguisée, qui avait fait partie de la rédaction de Charlie Hebdo avant de fonder Siné Mensuel, laisse derrière lui de nombreuses planches de dessins, que les internautes ont partagées en sa mémoire.

Âgé de 87 ans, le dessinateur est mort des suites d’une opération du poumon. Gravement malade, la pensée de mourir l'obsédait.

"Mourir ? Plutôt crever !"

J'ai peur de rien mais ça m'emmerde de mourir. Je serais bien resté vous faire chier encore longtemps !"

Siné à ARTE  - 2009

Sa maladie ne l’a pas empêché de dessiner lui-même la dernière couverture de Siné Mensuel, même si l’idée de mourir l’angoissait, comme il le racontait dans une dernière chronique du magazine : “C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches.

Peur de rien mais envie de vivre : voilà ce qu'il confiait à ARTE déjà en 2009. Au cimetière de Montmartre, l’artiste a soigneusement préparé sa tombe, sur laquelle trône un cactus en bronze érigé en doigt d’honneur. Quelques mots sont gravés sur le socle : "Mourir ? Plutôt crever !"


Figure historique de Charlie

Né en 1928 à Ménilmontant à Paris, Siné a fréquenté l'école Estienne pour y étudier le dessin, tout en poussant la chansonnette à côté. En 1959, il dessine ses premiers chats, dont l’album Les chats de Siné sort en 1997, préfacé par l'écrivain Umberto Eco.

Dès 1974, il intègre la première équipe de Charlie. Mais en 2008, il est écarté du journal satirique par le directeur de la publication Philippe Val qui l’accuse d’antisémitisme. Siné réfute cette accusation qui fait grand bruit ; elle tire son origine d'une chronique sur le fils du président Nicolas Sarkozy. En 2010, le dessinateur est toutefois relaxé par la Justice qui condamne Charlie Hebdo pour préjudice moral et financier. Après son départ, il fonde Siné Hebdo puis Siné Mensuel en 2011, journal qui suite à des difficultés financières, a lancé l’année dernière un appel aux dons.


Les juges, les flics et la religion

Parfois qualifié "d'emmerdeur", cet ennemi de l'"horripilant politiquement correct" tirait ses boulets chargés d’humour sur tous les "cons", qu’ils soient dans la politique, la religion ou la police. “Mes parents ont toujours été traités comme de la merde, sans jamais réagir. Je le fais pour eux !" confiait-il sur un ton freudien à ARTE en 2009. Sa motivation ? Ne jamais être d’accord, sur rien. Pour Siné, un dessin qui n'est pas censuré n'est pas un bon dessin.

Dernière màj le 8 décembre 2016