|

Danemark – Mégots consignés

Pays : Danemark

Tags : Ecologie, Déchet, déchets, tri

Pour consolider sa réputation de ville verte, Copenhague envisage de mettre en place une consigne sur des produits comme les boîtes à pizza.

Il n’y a pas que la qualité de l’air qui préoccupe Copenhague. Pour entretenir sa réputation de « ville verte », le conseil municipal de la capitale danoise souhaite mettre en place un nouveau programme expérimental. Comme le rapporte The Local, la ville envisage d’instaurer une consigne (pratique commerciale qui consiste à laisser des emballages en dépôt chez un client moyennant une valeur récupérable en cas de retour) sur une variété de déchets non organiques, comme les boîtes de pizzas, les mégots de cigarettes ou encore les emballages de restauration rapide.

L’idée : augmenter le prix des produits concernés de quelques couronnes, une somme récupérable a posteriori sur le lieu d’achat par l’acheteur ou toute personne en possession de l’objet consigné. Pour la ville, ce programme pourrait ainsi permettre de nettoyer Copenhague tout en faisant des économies. Comme l’a expliqué Morten Kabell, conseiller spécial aux Affaires environnementales auprès de la mairie, au journal Politiken : « Nous dépensons chaque année plus de 200 millions de couronnes pour garder Copenhague propre. Si nous arrivons à diminuer le nombre de déchets qui s’y trouvent, nous pourrons utiliser cet argent pour quelque chose de plus marrant que le nettoyage. »

« 200 millions de couronnes pour garder Copenhague propre »

La branche danoise de The Local, reprise par le site 8e étage, relate que dès le retour des beaux jours les éboueurs de la ville ont fort à faire avec les nombreux déchets abandonnés dans l’espace public par les habitants. En revanche, ils trouvent de plus en plus rarement des canettes ou des bouteilles, ces dernières étant consignées. Si la mairie estime que les résultats de son programme expérimental sont concluants, elle devra encore recevoir l’aval du ministère de l’Intérieur danois avant que le projet ne puisse être généralisé. La ville serait ensuite seule en charge de sa mise en application.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016