|

Danemark - L'Eldorado du tourisme zoophile

Pays : Danemark

Tags : zoophilie, tourisme sexuel

Le Danemark pourrait bientôt interdire les relations sexuelles avec les animaux. La fin annoncée d'un tourisme zoophile qui s'est développé dans le pays.  

Spécificité nationale, au Danemark chacun est libre de s’accoupler avec un animal, du moment qu'aucune forme de maltraitance n'est constatée. Voilà qui pourrait ne pas durer. Le gouvernement danois entend en effet proscrire toute relation sexuelle avec des animaux. Une façon de s’aligner sur la législation de ses voisins européens chez qui la zoophilie est illégale. Pour le ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, Dan Jørgensen, ces relations intimes équivalent à un viol. « Je propose une modification de la loi (…) Les animaux doivent être traités avec respect et soin et ont droit à une protection particulière parce qu'ils ne peuvent pas dire non », annonce-t-il dans un communiqué.

 

Des amateurs venus de toute l'Europe

Depuis qu'en 2012, plusieurs pays européens – tels l'Allemagne, la Suède et la Norvège – ont décidé de prohiber les relations sexuelles entre hommes et animaux, le Danemark est devenu « La Mecque » d'un certain tourisme zoophile. Déjà en 2007, la chaîne danoise TV2 News avait consacré un reportage au phénomène des excursions touristiques pour zoophiles. Citée par 20 minutes, une journaliste suédoise se souvient : « Un homme m'a montré comment on pouvait avoir un rapport sexuel avec un cheval. Il m'a aussi confié que de nombreux bus, remplis d'Allemands, débarquaient au Danemark, Le but de ces touristes étant de vivre des moments intimes avec des bêtes. » Un rapport du ministère danois de la Justice datant de 2011, révélait par ailleurs que sur 478 vétérinaires, 80 avaient affirmé avoir eu affaire à des animaux maltraités sexuellement.

 

Chèvres et lamas

Au Danemark, il est encore possible de louer son animal de compagnie pour qu’il ait des rapports sexuels avec des humains. Cette forme de « prostitution animalière » se déroule généralement chez le propriétaire et se monnaye entre 70 à 150 euros la passe. Les principaux clients viennent d’Allemagne, des Pays-Bas et de Suède et trouvent les annonces sur Internet. Avant l’interdiction de 2012, l’Allemagne elle aussi permettait d’abuser sexuellement d’animaux dans des « zoos érotiques ». Après avoir payé un souteneur, le client pouvait choisir son animal de prédilection, allant de la chèvre au lama. L'Allemagne était même le seul pays à abriter une association ouvertement zoophile baptisée Zeta. Celle-ci a fait parler d'elle au moment de l'interdiction en prônant le droit à aimer sans violence et « librement » nos amies les bêtes, comme l'explique Les Inrocks.    

 

Interdiction prochaine ?

Ce n’est que récemment, dans les années 2000, que les pays européens ont commencé à condamner la zoophilie. En France, l’adoption de la loi date de 2004, en Norvège, de 2008, aux Pays-Bas, de 2010. En dehors du Danemark, la pratique est toujours légale en Hongrie et en Finlande. Le parlement danois avait, par le passé, refusé d’amender une loi contre cette pratique sexuelle estimant que la législation actuelle était suffisante. Selon un récent sondage, 76 % des Danois se sont prononcés en faveur de l’interdiction de la zoophilie.

 

 

Céline Peschard

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016